Categories
Evénements et rencontres scientifiques

La République sociale: Discussions autour de deux dimensions, constitutionnelle et administrative

Partie 1. La République sociale en droit constitutionnel. Réflexions historiques, théoriques et comparée

Categories
Appel

AAC – L’émergence d’un monde multipolaire ?

AAC

Colloque interdisciplinaire d’études internationales

L’émergence d’un monde multipolaire ?
Enjeux et opportunités

vendredi 22 novembre 2024

Université Laval – Québec

Les propositions de communication peuvent se pencher, sans s’y limiter, sur l’un des thèmes suivants :
 L’IA et la science dans l’environnement numérique international
 L’influence des images et des médias
 Conflits, compétition et coopération
 Relations économiques internationales
 Santé, sécurité alimentaire et développement
 Changements climatiques, Arctique et responsabilité partagée
 L’être humain, mouvement et frontières

Les propositions de communications doivent être envoyées au plus tard le 23 juin 2024 et contenir les informations suivantes:
– Titre et résumé de la communication de 250 mots maximum (incluant le contexte et la problématique, les orientations de la recherche, la méthode, et les hypothèses ou résultats si applicable)
– Thème lié à la proposition (si applicable)
– Notice biographique de 100 mots maximum (incluant affiliation universitaire et programme d’études)
– Trois à cinq mots-clés

Pour télécharger l’AAC, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

👇

Categories
Appel

AAC – Les intérêts de l’État : harmonisation, compromis ou rapport de force ?

AAC

Journée d’études

Les intérêts de l’État : harmonisation, compromis ou rapport de force ?

29 novembre 2024

Faculté Jean Monnet de l’Université Paris-Saclay

L’Institut d’études de droit public organise sa dix-huitième journée d’études qui se tiendra le vendredi 29 novembre 2024 à la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris-Saclay. Cette journée a pour vocation d’offrir une tribune aux doctorant·e·s, docteur·e·s et maître·sse·s de conférences, quel que soit leur domaine de spécialisation juridique.
Les jeunes chercheurs et chercheuses désirant participer à la journée d’études doivent présenter leur proposition de communication au plus tard le vendredi 28 juin 2024. Celle-ci ne devra pas excéder 3500 signes (espaces non compris) et sera idéalement accompagnée d’une brève présentation personnelle (diplômes, statut actuel et publications éventuelles).
Les propositions de contributions peuvent aborder le thème de la journée d’études par une variété d’approches : théorique, pratique, historique, comparative, contentieuse… Toutes les spécialités juridiques et tous les champs d’études peuvent être mobilisés.

Le thème de cette journée d’études invite à réfléchir sur la pluralité des intérêts de l’Etat et sur les enjeux qu’elle sous-tend (I), ainsi que sur les moyens mis en œuvre par celui-ci pour essayer de les articuler (II). 

I.      Coexistence et contradiction des intérêts de l’Etat
II.    Articulation des intérêts de l’Etat

Pour télécharger l’AAC, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

👇

Appel à communication – Les intérêts de l’État

Categories
Evénements et rencontres scientifiques

L’exclusion et le droit

Journée d’étude

L’exclusion et le droit

7 juin 2024

Institut d’Histoire du droit Jean Gaudemet,
4 rue Valette, 75005 Paris

La journée d’étude a pour objectif d’explorer le champ de la notion d’exclusion, dans ses relations avec le droit. 

Programme

09h30-10h00 :
Accueil des participants
Présentation de la journée d’étude par les organisateurs
10h-12h :
« Le champ de l’exclusion : les tentatives de définition par le pouvoir souverain »
– Léo TEXIER (EPHE – PSL) –
« Abandonner. Le ban souverain comme exclusion inclusive dans la philosophie politique de Giorgio Agamben. »
– Jan BORREGO (Université Paris Panthéon-Assas) –
« Les tribuns de la plèbe et l’exclusion, avatar d’un pouvoir souverain ? » 12h-14h – Pause déjeuner (sur place)
14h-16h00 :
« Affirmation et construction de l’État sur le socle de l’exclusion »
– Antoine COGNON (Université Paris Panthéon- Assas) –
« L’exclusion des duellistes du champ social par le droit à la fin de l’Ancien régime : les équivoques de la souveraineté. »
– Sara STAUDER (Université Paris Panthéon-Assas) –
« La notion d’exclusion des congrégations de la société civile dans un contexte anticlérical : les décrets d’expulsion des congrégations en 1880. »
16h00-16h30 – Pause café
16h30-19h00 :
« Les expressions de l’exclusion dans les mécanismes de sanction »
– Claire LABORDE-MENJAUD (Université Paris Nanterre) –
« L’exclusion du mort par l’interdiction des pratiques commémorative »
– Guillaume QUERNET (Université Paris Panthéon- Assas) –
« L’exclusion des insoumis et déserteurs de l’indemnisation des dommages de guerre (1914-1918). »
– Juliette GUIOT (Université Paris-Saclay) –
« L’exclusion en droit d’asile : sanction individuelle ou protection d’un statut ? »
Discours de clôture : Aurelia Ghetivu

Categories
Evénements et rencontres scientifiques

APPARTENANCES ET ALTÉRITÉS. LA CITOYENNETÉ AUX ÉPOQUES MODERNE ET CONTEMPORAINE

Journée d’études

Appartenances et altérités.
La citoyenneté aux époques moderne et contemporaine

MARDI 4 JUIN 2024, DE 9H À 18H

Amphithéâtre Dupuis, centre Malher
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
9 rue Malher, Paris 4e

Journée d’études IHMC

Événement hybride sur site et en ligne

La citoyenneté est non seulement un statut juridique attribué à un individu, qui devient ainsi porteur d’un ensemble de droits et qui est chargé de devoirs, mais aussi d’un sentiment d’appartenance à une communauté qui motive cet individu à participer à la vie publique [Marshall, 1950]. Juridiquement, la citoyenneté se définit comme la jouissance des droits attachés à une nationalité. Dès son avènement sous la Révolution française, la citoyenneté découle donc de la nationalité, c’est-à-dire de l’appartenance à un corps politique donné, et de l’enracinement dans la limite des frontières d’un État-nation. Elle n’est pas absolue. Une tension intrinsèque la partage donc : d’un côté, elle est régie par la Constitution, surplombée de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui définit les libertés fondamentales auxquelles elle donne accès ; de l’autre, le caractère intrinsèquement universel de ces droits est immédiatement limité par l’enfermement dans la nation. Et même le modèle de la souveraineté européenne, qui dépasse le cadre des États-nations, en reste étroitement dépendant, puisque c’est la nationalité d’un des pays-membres seule qui y donne accès [Meehan, 1993].
Dans la dernière décennie, l’historiographie a souvent questionné la citoyenneté [Martin, 2015], notamment en la mettant en lien avec le système républicain [Azoulay et alia, 2020] ; cependant, le chantier est loin d’être achevé comme le démontrent les débats postulant une« crise de la citoyenneté » et l’actualité scientifique [Cerutti et alia, 2024]. Pour cette journée, tout type de contribution est encouragé : qu’elle s’appuie sur les sources normatives, qu’elle analyse des pratiques judiciaires, qu’elle soit un récit prosopographique ou qu’elle mène des explorations quantitatives.

Téléchargez le programme de la journée d’études IHMC en cliquant sur le bouton ci-dessous

👇

Categories
Evénements et rencontres scientifiques

Critique de l’Intelligence Artificielle : enjeux philosophiques, politiques et culturels de l’automatisation numérique

Colloque international

Critique de l’Intelligence Artificielle :
enjeux philosophiques, politiques et culturels de l’automatisation numérique

27-28 mai 2024

Maison de la Recherche, Amphi MR002
Université Paris 8
2, rue de la Liberté – 93200 Saint-Denis (M° Saint-Denis Université)

Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP)

Networking Ecologically Smart Territories (NEST)

Événement hybride sur site et en ligne

Le développement fulgurant des « intelligences artificielles génératives », qui tendent aujourd’hui à intégrer massivement l’écosystème numérique (moteurs de recherche, suite bureautique, code informatique, etc.) prépare une bifurcation technologique majeure, qui pourrait conduire, à terme, à l’automatisation des facultés d’expression et de pensée. Contrairement à ce que le vocable d’ « intelligence artificielle » pourrait laisser croire, les technologies numériques contemporaines n’apprennent pas et n’inventent pas : elles constituent des dispositifs de calculs, qui, grâce, à l’indexation (humaine) de quantités massives de données et au moyen de certaines opérations mathématiques très spécifiques, permettent de « générer » des contenus (textuels ou imagés) comparables aux contenus dits « humains » (sur l’exploitation statistique desquels ces systèmes sont fondés). S’il faut critiquer la notion d’« intelligence artificielle », c’est donc d’abord pour déconstruire les analogies entre esprits, cerveaux et ordinateurs (qui reposent sur les dualismes métaphysiques les plus classiques), afin d’ouvrir une réflexion à la fois épistémologique, anthropologique et politique au sujet de ce que nous proposerons ici de décrire comme des automates computationnels ou numériques.
Une telle critique n’a pas pour but de dénoncer ou de condamner tel ou tel dispositif, mais bien de s’interroger sur les limites (théoriques comme pratiques) des technosciences numériques : durant ce colloque, nous proposons de déployer la critique selon plusieurs perspectives complémentaires.

1/ Enjeux historiques et politiques
Nous nous interrogerons tout d’abord sur la genèse des technologies actuelles, qui tirent leurs origines des recherches cybernétiques amorcées dès les années 40-50, en particulier dans les laboratoires de recherche américains, contemporainement à l’engagement des Etats-Unis dans le second conflit mondial. Dans quelle mesure cet ancrage historique configure-t-il cette mutation technologique ? En quoi les impératifs de la Guerre Froide et du management néo-libéral ont-ils donné de nouvelles tournures à cette mutation ? Comment les évolutions technologiques actuelles, en particulier lesdites « intelligences artificielles génératives » fondée sur les large langage models, s’intègrent-elles aux logiques techno-économiques contemporaines, fondées sur l’économie comportementale, la « gouvernementalité algorithmique » et le « capitalisme linguistique » ? Le mythe de la « singularité technologique » masquerait-il l’automatisation de la décision et l’élimination de la politique ?

2/ Enjeux épistémologiques et philosophiques
Nous tenterons aussi de déconstruire les discours idéologiques concernant les technologies numériques, en nous appuyant sur les ressources de la philosophie. Quels sont les paradigmes théoriques sous-jacents aux sciences cognitives, à la cybernétique et au champ de ce qui a été nommé, en 1956, l’ « intelligence artificielle » ? Comment les philosophes contemporains ont-il inquiéter ces présupposés ? Si un nombre croissant d’entités semblent échapper aux catégories stabilisées dans les oppositions conceptuelles traditionnelles de sujet et d’objet, de nature et de culture, de vivant et de machine, etc., comment éviter le double écueil d’une mécanisation de l’esprit, largement véhiculée par l’idéologie cognitivo-computationnaliste et de l’anthropomorphisation des dispositifs algorithmiques, largement véhiculée par l’idéologie transhumaniste ?

3/ Enjeux culturels, artistiques, linguistiques, esthétiques
Enfin, nous nous demanderons comment ces nouveaux dispositifs prothétiques affectent les facultés de créativité, d’expression et de pensée : les pratiques artistiques peuvent-elles nous aider à subvertir les idéologies réductionnistes qui se concrétisent à travers les dispositifs technologiques dominants ? A quels nouveaux types de textes, d’images et de symboles serons-nous confrontés dans les années à venir ? Est-il possible d’éviter les effets d’uniformisation et de standardisation provoqués par les calculs statistiques et d’envisager une réappropriation culturelle des automates numériques ? Comment transformer les « intelligences artificielles » pour en faire des « instruments spirituels » ?

Téléchargez le programme et les résumés des interventions en cliquant sur le bouton ci-dessous

👇

Categories
Evénements et rencontres scientifiques

Crises et transitions : quelles données pour quelles analyses ?

-Journées du Longitudinal-
Crises et transitions : quelles données pour quelles analyses ?

les 24 et 25 juin 2024

Faculté d’économie et de gestion d’Aix-Marseille Université

Organisées par le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST UMR 7317), les 29e Journées du Longitudinal se tiendront les 24 et 25 juin 2024 à la Faculté d’économie et de gestion d’Aix-Marseille Université. Les actes, publiés dans la collection Céreq Echanges et diffusés sur le site du Céreq et OpenEdition, seront disponibles pour les journées.

L’approche longitudinale est un mode de prise en compte du temps qui consiste à utiliser des données, entre autres individuelles, susceptibles de fournir des informations à différentes dates pour chaque entité. Différentes méthodes sont développées pour les traiter. Elles consistent à décrire et à analyser les parcours d’individus, de groupes sociaux, qu’ils résultent d’interrogations répétées ou qu’ils soient reconstitués rétrospectivement, à partir de données existantes, par exemple de nature administrative, ou d’enquêtes originales.

Téléchargez le programme des journées JDL 2024 en cliquant sur le bouton ci-dessous

👇

Categories
Appel

AAC – Réputation contestée – réputation paradoxale ? (XVIe-XVIIIe siècles)

AAC

Journée d’étude interdisciplinaire

Réputation
contestée

réputation
paradoxale ?
(XVIe-XVIIIe siècles)

15 novembre 2024

Université d’Orléans

Pour télécharger l’AAC, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

👇

Categories
Appel

AAC – Interroger l’inflation, regards pluridisciplinaires

AAC

Colloque

Interroger l’inflation, regards pluridisciplinaires

28 novembre 2024
Université Toulouse Capitole

Le colloque se déroulera au format hybride pour le public, présentiel pour les intervenant(e)s

Le colloque est organisé par l’ADDCDA.

Présentation

L’inflation, question éminemment prégnante tant sur la scène nationale qu’internationale, se déploie au cœur de l’actualité quotidienne. Traditionnellement rattachée à la science économique, l’inflation qualifie plus globalement tout accroissement majeur, voire excessif, d’un objet de pensée. Elle devient un objet d’étude en droit, notamment dans sa dimension législative, et dans sa complexification de l’espace de régulation.
Au-delà de son caractère économique ou législatif, l’inflation a captivé notre attention en tant que thématique transversale susceptible d’irriguer l’ensemble des domaines de recherche, des sciences dures aux sciences humaines. Elle peut ainsi toucher diverses thématiques telles que la régulation financière, la protection juridique des consommateurs, le contrat, la dérégulation du marché de l’information, le domaine artistique, scientifique, numérique, etc.
L’objectif de ce colloque est donc de réunir, le temps d’une journée, des intervenant(e)s de tous horizons autour de cette question commune qu’est l’inflation, favorisant ainsi le développement de perspectives novatrices. Nous aspirons ainsi à des rencontres entre les historien(ne)s, les biologistes, les juristes, les médecins et bien d’autres synergies interdisciplinaires.
Praticien(ne)s, chercheurs, chercheuses, nous vous invitons à venir nous partager votre expertise et analyse, dans une démarche de vulgarisation, sur l’inflation.

Modalités de candidature

Les interventions doivent être présentées en français. Les candidats souhaitant intervenir devront transmettre une candidature qui sera anonymisée puis évaluée par le conseil scientifique de l’ADDCDA. La candidature devra préciser le titre de l’intervention ainsi qu’un résumé de son contenu (entre 150 et 200 mots).
L’envoi des candidatures doit être fait par courrier électronique à l’adresse suivante : addcda[at]gmail.com
au plus tard le 24 mai 2024.

Categories
Evénements et rencontres scientifiques

Comment étudier le néolibéralisme ?

Comment étudier le néolibéralisme ?

lundi 18 mars 2024

Auditório – Biblioteca Nacional, Campo Grande, 83
Lisbonne, Portugal 

Événement hybride sur site et en ligne

PROGRAMME

9h45 – Accueil des participants

10h00-11h00 – Le néolibéralisme dans l’histoire de la pensée économique et de la théorie politique | João Rodrigues (FEUC, CES-UC)

11h05-12h05 – Néolibéralisme et relations internationales | Teresa Cravo (FEUC, CES-UC)

12h10-13h10 – Le néolibéralisme dans l’histoire contemporaine du Portugal | Ricardo Noronha (IHC/NOVA-FCSH, IN2PAST)

Déjeuner

14h30-15h30 – Ethnographies du néolibéralisme | Patrícia Alves de Matos (ISCTE-IUL, CRIA/IN2PAST)

15h35-16h35 – Foucault, néolibéralisme et gouvernementalité | Jorge Ramos do Ó (IE-UL)

16h45-18h00 – « La nouvelle raison d’être du monde » | João Rodrigues et Pierre Dardot (Université Paris-Nanterre)

Programme en portugais

⏬⏬⏬

Programa

9h45 – Abertura

10h00-11h00 – O neoliberalismo na História do Pensamento Económico e na Teoria Política | João Rodrigues (FEUC, CES-UC)

11h05-12h05 – O neoliberalismo e as Relações Internacionais | Teresa Cravo (FEUC, CES-UC)

12h10-13h10 – O neoliberalismo na História Contemporânea de Portugal | Ricardo Noronha (IHC/NOVA-FCSH, IN2PAST)

Almoço

14h30-15h30 – Etnografias do neoliberalismo | Patrícia Alves de Matos (ISCTE-IUL, CRIA/IN2PAST)

15h35-16h35 – Foucault, neoliberalismo e governamentalidade | Jorge Ramos do Ó (IE-UL)

16h45-18h00 – “A Nova Razão do Mundo” | João Rodrigues conversa com Pierre Dardot (Universidade Paris-Nanterre)

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search