Categories
Appel

AAC – L’émergence d’un monde multipolaire ?

AAC

Colloque interdisciplinaire d’études internationales

L’émergence d’un monde multipolaire ?
Enjeux et opportunités

vendredi 22 novembre 2024

Université Laval – Québec

Les propositions de communication peuvent se pencher, sans s’y limiter, sur l’un des thèmes suivants :
 L’IA et la science dans l’environnement numérique international
 L’influence des images et des médias
 Conflits, compétition et coopération
 Relations économiques internationales
 Santé, sécurité alimentaire et développement
 Changements climatiques, Arctique et responsabilité partagée
 L’être humain, mouvement et frontières

Les propositions de communications doivent être envoyées au plus tard le 23 juin 2024 et contenir les informations suivantes:
– Titre et résumé de la communication de 250 mots maximum (incluant le contexte et la problématique, les orientations de la recherche, la méthode, et les hypothèses ou résultats si applicable)
– Thème lié à la proposition (si applicable)
– Notice biographique de 100 mots maximum (incluant affiliation universitaire et programme d’études)
– Trois à cinq mots-clés

Pour télécharger l’AAC, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

👇

Categories
Appel

AAC – Les intérêts de l’État : harmonisation, compromis ou rapport de force ?

AAC

Journée d’études

Les intérêts de l’État : harmonisation, compromis ou rapport de force ?

29 novembre 2024

Faculté Jean Monnet de l’Université Paris-Saclay

L’Institut d’études de droit public organise sa dix-huitième journée d’études qui se tiendra le vendredi 29 novembre 2024 à la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris-Saclay. Cette journée a pour vocation d’offrir une tribune aux doctorant·e·s, docteur·e·s et maître·sse·s de conférences, quel que soit leur domaine de spécialisation juridique.
Les jeunes chercheurs et chercheuses désirant participer à la journée d’études doivent présenter leur proposition de communication au plus tard le vendredi 28 juin 2024. Celle-ci ne devra pas excéder 3500 signes (espaces non compris) et sera idéalement accompagnée d’une brève présentation personnelle (diplômes, statut actuel et publications éventuelles).
Les propositions de contributions peuvent aborder le thème de la journée d’études par une variété d’approches : théorique, pratique, historique, comparative, contentieuse… Toutes les spécialités juridiques et tous les champs d’études peuvent être mobilisés.

Le thème de cette journée d’études invite à réfléchir sur la pluralité des intérêts de l’Etat et sur les enjeux qu’elle sous-tend (I), ainsi que sur les moyens mis en œuvre par celui-ci pour essayer de les articuler (II). 

I.      Coexistence et contradiction des intérêts de l’Etat
II.    Articulation des intérêts de l’Etat

Pour télécharger l’AAC, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

👇

Appel à communication – Les intérêts de l’État

Categories
Appel

AAC – Réputation contestée – réputation paradoxale ? (XVIe-XVIIIe siècles)

AAC

Journée d’étude interdisciplinaire

Réputation
contestée

réputation
paradoxale ?
(XVIe-XVIIIe siècles)

15 novembre 2024

Université d’Orléans

Pour télécharger l’AAC, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous

👇

Categories
Appel

AAC – Interroger l’inflation, regards pluridisciplinaires

AAC

Colloque

Interroger l’inflation, regards pluridisciplinaires

28 novembre 2024
Université Toulouse Capitole

Le colloque se déroulera au format hybride pour le public, présentiel pour les intervenant(e)s

Le colloque est organisé par l’ADDCDA.

Présentation

L’inflation, question éminemment prégnante tant sur la scène nationale qu’internationale, se déploie au cœur de l’actualité quotidienne. Traditionnellement rattachée à la science économique, l’inflation qualifie plus globalement tout accroissement majeur, voire excessif, d’un objet de pensée. Elle devient un objet d’étude en droit, notamment dans sa dimension législative, et dans sa complexification de l’espace de régulation.
Au-delà de son caractère économique ou législatif, l’inflation a captivé notre attention en tant que thématique transversale susceptible d’irriguer l’ensemble des domaines de recherche, des sciences dures aux sciences humaines. Elle peut ainsi toucher diverses thématiques telles que la régulation financière, la protection juridique des consommateurs, le contrat, la dérégulation du marché de l’information, le domaine artistique, scientifique, numérique, etc.
L’objectif de ce colloque est donc de réunir, le temps d’une journée, des intervenant(e)s de tous horizons autour de cette question commune qu’est l’inflation, favorisant ainsi le développement de perspectives novatrices. Nous aspirons ainsi à des rencontres entre les historien(ne)s, les biologistes, les juristes, les médecins et bien d’autres synergies interdisciplinaires.
Praticien(ne)s, chercheurs, chercheuses, nous vous invitons à venir nous partager votre expertise et analyse, dans une démarche de vulgarisation, sur l’inflation.

Modalités de candidature

Les interventions doivent être présentées en français. Les candidats souhaitant intervenir devront transmettre une candidature qui sera anonymisée puis évaluée par le conseil scientifique de l’ADDCDA. La candidature devra préciser le titre de l’intervention ainsi qu’un résumé de son contenu (entre 150 et 200 mots).
L’envoi des candidatures doit être fait par courrier électronique à l’adresse suivante : addcda[at]gmail.com
au plus tard le 24 mai 2024.

Categories
Appel

Call for papers – Third SFPJ Conference

Call for papers

Third SFPJ Conference

Strasbourg, 26-27 September 2024

The official languages of the Conference are French and English. Papers may be submitted and presented in either of these languages.

The SFPJ organises its Third Conference in Strasbourg on 26-27 September 2024. This event is structured around four plenary lectures and a dozen of more informal workshops devoted each to one given topic.
In order to present a paper at one of these workshops, one must submit a proposal. In addition, anyone can propose to organise a workshop on a given theme during the conference. 

Workshop Proposals

Anyone can propose to organise a workshop on a given theme during the conference. To do so, a proposal containing the scientific programme of the planned workshop and the provisional list of speakers must be submitted to the SFPJ

Individual Paper Submission

In order to present a paper at one of these workshops, one must submit a proposal which should not exceed 2500 characters (including spaces). The SFPJ does not intend to favour any particular theme, method or school of thought: any work in the broad field of legal and political theory and philosophy may be submitted. The selected papers will be grouped in thematic workshops in the most coherent way possible.

Proposals for papers and workshops

Proposals for papers and workshops should be sent to bureau.sfpj[at]gmail.com with the subject line “SFPJ 2024: Proposal”. Each proposal for a paper or workshop should be accompanied by a short bio-bibliographical note introducing the author. The deadline for submission of proposals for papers and workshops is March 31st, 2024. Those whose proposals for papers or workshops have been selected will be informed by April 30th, 2024.

Categories
Appel

AAC – Troisièmes Rencontres de la SFPJ

AAC

Troisièmes Rencontres de la SFPJ

Strasbourg, 26-27 septembre 2024

Les langues officielles de ces Rencontres sont le français et l’anglais. Peuvent être soumis et présentés des travaux dans l’une ou l’autre de ces langues.

La Société française pour la philosophie et la théorie juridiques et politiques tient ses Troisièmes Rencontres bisannuelles les 26 et 27 septembre 2024 à l’Université de Strasbourg. Cette manifestation est structurée autour de conférences plénières ainsi que d’ateliers plus informels consacrés à un ou plusieurs thèmes déterminés.

Pour participer à ces ateliers et y présenter une contribution, il convient de faire parvenir à la SFPJ une proposition de contribution. Il est également possible de proposer d’organiser un atelier. 
Toutes les informations sont disponibles ci-dessous.

Propositions d’ateliers

Toute personne peut proposer d’organiser lors de ces Rencontres un atelier sur un thème donné. Pour ce faire, il convient de faire parvenir à la SFPJ une proposition contenant le programme scientifique de l’atelier projeté ainsi que la liste prévisionnelle des intervenants.

Propositions de contribution

Pour participer aux ateliers et y présenter une contribution, il convient de faire parvenir à la SFPJ une proposition de contribution qui ne devra pas excéder 2500 signes (espaces compris). La SFPJ n’entend privilégier aucun thème, aucune méthode ni aucune école en particulier : peut être soumis tout travail s’inscrivant dans le vaste champ de la théorie et de la philosophie juridiques et politiques. Les contributions retenues seront regroupées dans des ateliers thématiques de la manière la plus cohérente possible.

Propositions d’ateliers et Propositions de contribution

Les propositions de contribution ainsi que les propositions d’atelier doivent être envoyées à l’adresse suivante : bureau.sfpj[at]gmail.com avec en objet : « Proposition SFPJ 2024 ». Chaque proposition de contribution ou d’atelier sera accompagnée d’une courte note bio-bibliographique présentant son auteur. La date limite de soumission des propositions de contribution et d’atelier est fixée au 31 mars 2024. Les personnes dont les propositions de contribution ou d’atelier ont été retenues en seront informés avant le 30 avril 2024.

Categories
Appel

AAC – Crise ! Quelle crise ?

AAC

Colloque international

Crise ! Quelle crise ?
Faire dialoguer des approches et des pratiques
communicationnelles quand la crise devient l’ordinaire

15-16 mai 2024
Université d’Ottawa

Sur place et en ligne

Les crises se suivent, se superposent et coexistent, mais ne disparaissent jamais définitivement. Les dangers de catastrophes nucléaires ravivés par les conflits militaires récents ; les conséquences des pandémies mondiales ; la menace terroriste internationalisée et généralisée ; l’influence de l’intelligence artificielle (IA) sur la transformation des métiers, des économies et des marchés mondiaux ; les effets du réchauffement climatique sur la destruction de l’environnement et la vie sur la Terre… Les crises occupent une place de plus en plus importante dans les débats scientifiques (Spradley, 2021) et médiatiques, et invitent les chercheurs de disciplines et d’horizons différents à les étudier dans toute leur complexité.

Épisodes cosmologiques et chaos
L’étude des crises n’est pas l’apanage d’une seule discipline académique ni d’un seul paradigme ou courant de pensée. Les études traditionnelles de gestion et de communication de crise (Coombs, 2023) abordent la crise comme une série d’événements imprévisibles qui affectent durablement les organisations et les sociétés. Ses conséquences sont potentiellement graves, tant pour les publics que le fonctionnement et l’image des organisations (Ulmer, Sellnow, & Seeger, 2015). Toutes les sphères et activités professionnelles se trouvent ainsi désorganisées (Munro, 2001). La crise marque une discontinuité dans la vie organisationnelle et met en péril ses objectifs, ses routines, son fonctionnement et sa légitimité sociale et économique. La crise est donc un événement extraordinaire, un basculement… un épisode cosmologique dans le sens de Karl Weick (1993) : une destruction soudaine de sens, qui secoue les routines et qui nécessite la reconstruction collective du sens perdu afin d’agir face à l’inconnu.

Stratégies, pratiques et prise de décision
Un des rôles les plus importants portés par les technologies numériques et les objets techniques en situation de crise est d’appuyer la démarche de decision making utilisée pour agir face aux dangers imminents (Khalid et al., 2020). Elle permet de déterminer les risques probables et de trouver rapidement des solutions satisfaisantes avant d’agir. Cette démarche est encore aujourd’hui largement priorisée par les approches traditionnelles de gestion de crise, car la prise de décision s’appuie sur l’analyse d’éléments disponibles permettant d’élaborer sans délai des scénarios ainsi que de choisir la première solution jugée a priori pertinente pour agir. La communication contribue ici à la prise de décision à travers la coordination et la coopération entre l’organisation et les parties prenantes (Hatchuel, 1996). La prise de décision est appuyée par des informations disponibles qui alimentent les discussions autour des meilleures stratégies possibles et contribuent au retour rapide « à la normale ».

La crise « ordinaire »
Pourtant, les crises mondiales comme celles provoquées par la SARS-CoV-2 et l’invasion russe en Ukraine ne peuvent pas être totalement considérées comme des ruptures et des déviations censées revenir « à la normale ». Si la crise est « une suite de ruptures qui obtiennent la continuité des cours d’action à travers de continuelles discontinuités » (Latour, 2013, p. 393), elle est non seulement omniprésente dans les organisations, mais surtout incorporée dans les structures historiques, culturelles, linguistiques, symboliques, identitaires, institutionnelles, politiques et religieuses les plus profondes des sociétés. De nombreux exemples tirés d’expériences de terrain (Ivanov, 2021 ; Matte & Cooren, 2015 ; Matte & Ivanov, sous presse) démontrent que malgré la multiplication des démarches de gestion rigoureuses, le développement réel d’une crise ne répond que rarement à la logique rationnelle de planification stratégique et ne suit pas nécessairement des trajectoires décisionnelles projetées. Les tensions aiguës qu’elle engendre ne peuvent pas toujours être éliminées et leur gestion s’avère souvent compliquée, car elles constituent un aspect insoluble de la vie organisationnelle (Ashcraft, 2006). Un des constats les plus persistants dans la gestion de crise est le paradoxe de vouloir anticiper, gérer et éviter un phénomène qui n’est que rarement prévisible et planifiable, particulièrement dans un contexte des risques généralisés (Beck, 2006). 

Objectifs
L’objectif général de ce colloque est de comprendre les enjeux sociaux et organisationnels contemporains à travers lesquels les crises redessinent l’ordre mondial. Il souhaite ainsi faire dialoguer des théories, des approches et des études de cas interdisciplinaires, internationales et variées dans le domaine de la communication, de la gestion de crise et des disciplines connexes (l’information, le marketing, les relations publiques, la sociologie, la psychologie, la criminologie, les sciences politiques, le droit et l’administration parmi d’autres). Le colloque vise à faciliter les débats portant sur les approches novatrices ou peu explorées jusqu’à présent ainsi que de dévoiler, juxtaposer et croiser des terrains, des cadres d’analyse et des méthodes de recherche innovants ou renouvelés. Le colloque fera ainsi dialoguer les travaux francophones et internationaux issus des courants traditionnels, postmodernes, post-humanistes, critiques et constitutifs, tant au niveau des problématiques que des approches, des méthodologies, des terrains de recherches et de leur application dans différents contextes et études de cas. Pour ce faire, le colloque s’organisera autour de trois axes.

Axes thématiques
Axe 1 Des épisodes cosmologiques aux crises « ordinaires » : diversité, uniformité et complémentarité des terrains, des cas et des approches de gestion et de communication de crise
Categories
Appel

AAC – Le droit à l’épreuve de la mobilité

AAC

Colloque

Le droit à l’épreuve de la mobilité

11 avril 2024

EMRJ UR 7311
Faculté de droit et de science politique
Université de Corse Pasquale Paoli

Présentation du thème du colloque

Flux, circulation, migration, expatriation, déplacements, échanges, globalisation, nombreux sont les termes évoquant la mobilité. De multiples études en sciences juridiques s’intéressent aux évolutions relatives au mouvement non seulement des personnes mais aussi des marchandises, des capitaux, des idées, des modes de vie. Si la mobilité est un thème largement étudié en sciences humaines, elle reste un sujet d’actualité, un enjeu contemporain qui ne cesse d’intéresser les chercheurs du fait de son inépuisable richesse. La mobilité tend aujourd’hui à devenir la norme – ne l’est-elle pas déjà ? – alors même que les impératifs écologiques, économiques, géopolitiques nous obligent à la repenser et à la réglementer.

Un thème récurrent en droit comme en science politique, porte sur les migrations et particulièrement depuis 2015 sur l’immigration. Le droit à l’émigration prévu à l’article 13 de la DUDH se heurte à la construction et au renforcement des frontières. L’Union européenne par exemple ne maintient la libre circulation au sein de l’espace Schengen qu’à condition que les  frontières  extérieures  de  l’UE  soient  fermement  gérées.  Loin  d’être  acquise,  la libre circulation est en ce moment-même remise en cause par le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures.

Alors que les facteurs d’immigration sont nombreux, un nouveau, relativement récent s’ajoute à la liste : les événements météorologiques qui causent les déplacements de millions de personnes. Pourtant, le droit français ne reconnaît pas le statut de réfugié climatique malgré les avancées en droit international (Comité des droits de l’homme des Nations Unies, Constatations relatives à la communication n° 2728/2016, Ioane Teitiota c. Nouvelle-Zélande, 24 octobre 2019).

Dans un autre registre toujours lié à la mobilité des individus, la criminalité transfrontalière met également le droit à l’épreuve en termes de coopération interétatique, d’harmonisation des procédures et des peines.

De la même façon, la cybercriminalité, ou cyberdélinquance, devient un réel problème, car intrinsèquement transfrontalière : les infractions en ligne commises simultanément ou même successivement sur le territoire de plusieurs Etats distincts s’avèrent plus difficiles à réprimer que les infractions « classiques », territorialement situées.

Les relations juridiques entre les personnes privées ne sont pas moins confrontées à la mobilité. Preuve en est avec la question de la loi applicable à un mariage ou à un contrat en cas de conflit mobile, pouvant être causé notamment par un changement de nationalité. La mobilité des salariés est elle aussi à l’origine de situations juridiques complexes, qu’il s’agisse d’une mobilité au sein du territoire français (clauses de mobilité incluses dans certains contrats de travail) ou d’une mobilité à l’international (détermination du juge compétent et de la loi applicable en cas de litige avec l’employeur).

La mobilité permet en outre aux individus de se définir d’après de multiples appartenances. L’Union européenne promeut la mobilité et l’acquis majeur de la citoyenneté européenne est bien sûr le droit des personnes de circuler et de séjourner librement sur le territoire des Etats membres. Pourtant, l’exercice des droits politiques reste encore aujourd’hui l’apanage des nationaux et un domaine de souveraineté nationale.

Par ailleurs, la mobilité interfère avec la souveraineté fiscale de l’Etat. En effet, la contradiction entre la mobilité des individus, mais aussi des marchandises, des revenus ou des capitaux, et la territorialité de l’impôt est à l’origine de difficultés fiscales. Par exemple, la mobilité est susceptible d’engendrer des situations de double imposition ou, dans un cas contraire, elle peut être la source de pratiques fiscales abusives. Les Etats sont alors incités à développer des outils de coopération et de coordination pour maîtriser la mobilité.

Enfin, la mobilité des individus ou des activités économiques constitue un risque pour la cohésion territoriale de l’Etat. Certains territoires confrontés à des difficultés économiques peuvent subir un exode de leurs populations vers d’autres territoires plus attractifs. Pour aider ces territoires fragiles et atténuer ces inégalités territoriales, l’Etat a la faculté d’intervenir au moyen de dispositifs de solidarité financière (ponctuels ou pérennes).

Le droit est sans cesse confronté aux nouvelles formes de mobilité qui touchent tous les aspects de la société. Ne proposant que quelques exemples relatifs au thème de la mobilité, cette description, loin d’être exhaustive, vous permet de laisser libre court à votre imagination de chercheur.

Modalités de soumission

Les contributions sont à envoyer à l’adresse mail colloque.corse[at]gmail.com avant le 5 janvier 2024. Vous recevrez une réponse avant la fin du mois de janvier 2024.
Les contributions doivent comprendre le titre ainsi qu’un résumé de votre intervention en 5000 caractères maximum (espaces compris).
Ce colloque devrait donner lieu à une publication.

Categories
Appel

Les sciences sociales en temps de crise

AAC

Colloque de l’AISLF

Les sciences sociales en temps de crise

Du 6 au 8 mars 2024

Université Toulouse Jean Jaurès – Maison de la Recherche, Amphi F 417

Ces dernières années ont été marquées par des crises qui ne se limitent plus désormais au cadre local ou national mais touchent l’ensemble des États et des populations (la catastrophe de Tchernobyl en 1986, la crise de la vache folle en 1996, celle des subprimes en 2007-2008 ou plus récemment celle du Covid-19). Des champs nouveaux d’investigation ont alors émergé, comme la sociologie des risques ou la sociologie des controverses sociotechniques, mettant en avant les recherches en sciences sociales appliquées à la santé, à l’alimentation, à l’environnement, au travail…
La crise est souvent analysée sous deux aspects : soit comme une rupture entre la situation de l’avant-crise et celle d’après, opposant le monde d’avant et le monde d’après, soit comme une accélération des transformations déjà en cours. Cependant elle signifie toujours une mise à l’épreuve de notre quotidien, de nos certitudes, de nos espérances. Dans les sciences sociales, elle est une mise à l’épreuve de nos disciplines, réévaluant la pertinence de nos catégories d’analyse, la validité de nos concepts et même le découpage de nos objets d’étude.
Le premier axe de ce colloque vise à rendre compte de l’apport des sciences sociales dans la compréhension, la gestion et la résolution d’une crise qu’elle soit économique, politique, sanitaire, environnementale, énergétique… Comment ces sollicitations interviennent-elles et à quels moments de la crise ? Qu’est-ce qui détermine qu’on fasse appel aux sciences sociales en urgence, dès la survenue de la crise, ou plus tardivement comme dans le cas du Covid-19 où elles furent dans un premier temps mises de côté ? Quelles sont celles qui sont sollicitées en premier ? Cela varie-t-il selon les types de crises (sociales, politiques, économiques) ? Ou alors peut-on observer une hiérarchie – ou une préférence des pouvoirs publics – entre l’économie, la science politique, l’histoire et la sociologie ?
Le contenu et les formes de ces demandes ont également évolué. Dans les années 1990, lorsque les crises sont devenues des objets de débat public, les sciences sociales ont été sollicitées sans avoir toujours la capacité de répondre à ces demandes. En effet, les chercheur.e.s étaient placé.e.s en
aval des problèmes formulés par les pouvoirs publics et les expert.e.s scientifiques des « sciences dures ». Les sciences sociales se voyaient ainsi attribuer un rôle à la fois précis et restreint : produire des analyses sur le public pour comprendre leur perception, les raisons de leur peur, de leur irrationalité, les motifs de leurs inquiétudes, leur adhésion aux rumeurs, aux théories du complot…
Les attentes des pouvoirs publics étaient ainsi de pouvoir mieux communiquer, mieux informer, mieux gouverner les conduites des citoyen.ne.s. Comment ce rôle dans lequel étaient enfermées les sciences sociales a-t-il évolué depuis ? Comment ont-elles réussi à s’affirmer en participant dès l’amont à la formulation des problèmes à résoudre et aux préconisations ?
Si nous parlons des sciences sociales en général, nous privilégierons la sociologie, l’économie, la science politique et l’histoire, disciplines avec lesquelles nous avons le plus de proximité et d’échanges, sans toutefois exclure a priori les autres. Nous chercherons notamment à voir les convergences et divergences d’analyse et de méthodes mobilisées dans ces disciplines. Ainsi, parmi les analyses que produisent les sociologues sur les crises, mais aussi les économistes, les politistes et les historiens, il s’agira de voir quelles méthodes apparaissent plus pertinentes, quelles analyses se montrent plus convaincantes et complètes. Les crises étudiées présentent-elles des points communs ou des dissemblances ? Peut-on établir des typologies de crises ?
Dans un second axe, il s’agira de réfléchir aux différentes conséquences que peut produire sur les sciences sociales une situation de crise. Sont-elles identiques quelle que soit la discipline ? Ou observe-t-on de plus fortes conséquences dans certaines disciplines ? Ou selon les pays ? Nos catégories d’analyse résistent-elles à l’épreuve de la crise ? Nos concepts sont-ils toujours opérants ? Nos méthodes d’enquête et nos outils de recueil de données sont-ils adaptés à la situation atypique et radicalement incertaine. Ainsi, la période de confinement dû au Covid-19 a conduit les chercheur.e.s à explorer de nouvelles méthodes d’investigation comme l’appel aux témoignages écrits (Franck, Cochoy, Cédric Calvignac et Gérald Gaglio, L’Appel à témoignages. Une méthode pour les sciences humaines et sociales, Presses Universitaires de Rennes, 2022). Pour les sciences sociales, une situation de crise peut être salutaire en obligeant les chercheur.e.s à innover dans la production des connaissances. Georges Gurvitch écrivait déjà que « la sociologie est une science qui fait des bonds, ou au moins fluctue avec chaque crise sociale de quelque envergure » (La Vocation actuelle de la sociologie, PUF, 1950, p. 1). Par ailleurs, les sciences sociales, en temps de crise, en répondant aux sollicitations des acteur.e.s politiques et économiques, redessinent les frontières entre science et société, au risque d’être qualifiées de « sciences impures ». Comment se positionnent et se définissent les chercheur.e.s entre les rôles de savant et de politique ? Observe-t-on des différences selon les disciplines ? Les crises ne participent-elles pas aussi à un brouillage, voire à un effacement des frontières disciplinaires ? Ou au contraire conduisent-elles, chez certaines d’entre elles, à un renforcement de leur socle disciplinaire ?
Si la récente pandémie a été l’occasion d’examiner ces moments de crise et ses multiples effets (« Sciences sociales en temps de crise : Covid-19 », SciencesPo, 2020 ; Didier Fassin (dir.), La Société qui vient, Seuil, 2022 ; Patrick Peretti-Watel (dir.), Huis-clos avec un virus : comment les Français
ont-ils vécu le premier confinement ?, Septentrion, 2022), ce colloque veut élargir le périmètre des crises en intégrant une réflexion interdisciplinaire et internationale.

Les propositions de communication, limitées à une vingtaine de lignes ou 200 mots, sont à adresser à socri[at]univ-tlse2.fr avant le 18 décembre 2023

Categories
Appel

AAC – Traces

AAC

Journée d’étude

Sur les « traces » des doctorant·e·s

le lundi 25 mars 2024

Université Paris Cité

Argumentaire

Dans un parcours doctoral, l’écriture est centrale (Becker, 2004 [1986] ; Lemieux, 2012,p.379). En effet, la rédaction du manuscrit de thèse conditionne la délivrance du diplôme de docteur (Lemieux, 2012, p.379). Celui-ci constitue une forme de « trace » que les doctorant·e·s laissent après avoir mené leur recherche pendant trois ans ou plus[1]. Il peut être considéré comme « l’acte fondateur de la carrière d’un chercheur » (Kapp, 2012,p.251). Cette trace prend différentes formes selon les espaces et les stratégies de diffusion. En témoigne l’article 24 de l’arrêté du 25 mai 2016 qui stipule que « [l]e doctorant engagé dans la préparation d’une thèse de doctorat dépose celle-ci un mois avant la date prévue pour la soutenance au service chargé du doctorat de l’établissement d’enseignement supérieur dans lequel celle-ci s’effectue. Le doctorant fournit sa thèse sous forme numérique selon les prescriptions de l’établissement de soutenance. Il fournit en outre des exemplaires sur support papier destinés aux membres du jury, lorsque ceux-ci en ont exprimé la demande. L’établissement assure alors l’impression de la thèse à partir du support numérique » (Légifrance, 2016). En plus de ces traces liées au manuscrit de thèse, les doctorant·e·s conduisent et participent à un certain nombre d’activités scientifiques susceptibles de laisser des empreintes. Dans cet ordre d’idées, nous nous demanderons quelles « traces » les doctorant·e·s laissent-elles·ils de leur passage en thèse ?
Cette journée d’étude propose de se consacrer à la question des « traces » laissées par les doctorant·e·s au cours de leur doctorat, à la fois dans leurs formes, leurs usages et leurs réceptions, dans le monde académique et en dehors. Nous définissons les « traces » comme l’ensemble des empreintes laissées par les doctorant·e·s au cours de leur parcours doctoral. Ces empreintes peuvent être matérielles ou immatérielles. Les écrits constituent un type d’empreintes matérielles, qui peuvent prendre différentes formes, telles que des schémas, des tableaux, des éléments rédigés, des communications, etc. Ces traces peuvent avoir des visées multiples : réflexion, réflexivité, argumentation, vulgarisation, diffusion de son travail à sa communauté, reconnaissance… Lorsque ces traces ont une visée officielle, celles-ci peuvent être le résultat d’un plus ou moins long processus : d’un « fourre-tout » elles peuvent être mises « au propre » afin d’être diffusées – ou non – à travers différents canaux (écrits : revues scientifiques, ouvrages, presse quotidienne, blogs, posters ; oraux : séminaires, journées d’études, colloques, congrès, thèses en 180s, émissions de radio, podcasts, chaînes YouTube, Twitch, etc.). Ces « traces » peuvent aussi ou également avoir pour objet non plus la recherche en elle-même mais le chercheur ou la chercheuse. Les pages personnelles, souvent hébergées sur le site internet du laboratoire de recherche auquel les doctorant·e·s sont rattaché·e·s, font l’objet d’une présentation de soi : leur identité, éventuellement une photo, leur adresse email, leur parcours estudiantin, leurs thèmes de recherche, leurs projets de recherche et ceux déjà menés. Bien souvent, les pages personnelles des chercheurs mettent à disposition leur curriculum vitae. Leurs usages peuvent être personnels ou institutionnels. Les laboratoires utilisent par exemple les pages personnelles, les productions validées par la sphère académique – ou non – via la plateforme HAL, comme moyen de présentation des travaux menés en leur sein et d’évaluation de la performance de ses membres.

Axe 1. Les formes et les supports de diffusion des traces

Un premier axe de cet appel interroge les traces des doctorant·e·s dans leur matérialité. Un premier ensemble de questions porte ainsi sur les empreintes physiques laissées au cours du doctorat. Qui laisse ces traces ? Quelles formes prennent-elles ? Sur quels supports s’impriment-elles ? Quelle durabilité ont-elles ? Quelles évolutions peuvent-elles connaître ? Qui est susceptible de les croiser ? Par exemple, le manuscrit de thèse constitue une trace imposée, comme point de passage obligatoire pour finir le doctorat. Mais même ce manuscrit peut prendre différentes formes, avoir différents espaces de diffusion. De plus, les doctorant·e·s laissent beaucoup d’autres traces au cours de leur doctorat, parfois voulues, parfois non – il n’y a qu’à saisir son nom sur un moteur de recherche pour s’en rendre compte : pages de laboratoire, interventions, articles. Une autre interrogation se fait jour : dans quelle mesure l’expression « les paroles s’envolent, les écrits restent » est-elle valable ? Les doctorant·e·s doivent-elles·ils d’abord produire des écrits pour laisser des traces ? Cela conduit à questionner le statut et la légitimité de différentes traces, selon les espaces, les moments, ainsi que leurs cadres de production. Dans le cadre de cette journée d’étude, nous nous demanderons comment articuler les différentes formes de traces entre elles, quels supports, enjeux, avantages et limites permettent et circonscrivent cette articulation. Nous interrogeons également les ressources à la disposition des doctorant·e·s qui contraignent et délimitent leurs possibilités. Le développement du numérique notamment, qui permet la diffusion sur différents types de supports – les blogs en sciences humaines et sociales Hypothèses, les podcasts, YouTube, … – démultiplie les espaces disponibles où les doctorant·e·s peuvent laisser des traces variables.
Certaines traces, personnelles ou non, peuvent ensuite permettre de produire d’autresdocuments. Ainsi, le journal de terrain (Beaud, Weber, 2010), les schémas ou les tableaux(Ramos, 2015, p.124) ou encore les écrits produits pour des communications (Zaki, 2006)peuvent venir nourrir et aider à produire le manuscrit de thèse. Encore faut-il se demandercomment passer d’un écrit à un autre ou s’organiser avec l’ensemble de ces productions.Ainsi, quels sont les processus de production de ces traces ? Comment passe-t-on d’unécrit personnel à un écrit « académique », d’un brouillon à quelque chose de« présentable », d’idées à une présentation orale « scientifique » ? Commentorganise-t-on ses traces internes – dossiers, écrits, matériaux, carnets, … – pour sontravail scientifique ? Que faire des traces « intermédiaires » ? Et que faire des traceslaissées par les autres ? Par exemple, quelle place donner à un écrit relu et commenté parson directeur ou sa directrice de thèse ? Comment utilisons-nous les pagesprofessionnelles des autres doctorant·e·s ?

Axe 2. Les injonctions à produire des traces

Une deuxième entrée concerne les contraintes inhérentes aux productions de traces tout au long du doctorat. En effet, si le manuscrit de thèse est une production obligatoire, il n’est bien souvent plus la seule production demandée aux doctorant·e·s. Ces pressions et multiples incitations à produire peuvent provenir de nombreuses instances/institutions, allant de la législation, à l’école doctorale, aux directeurs et directrices de thèse, ou encor eaux entreprises engagées dans le cadre d’une Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE[2]). L’arrêté du 25 mai 2016 – modifié par arrêté le 26 août 2022 – fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat stipule, au travers de ces différents articles, l’importance de ces productions. L’article 3 met en avant l’intérêt des écoles doctorales à « sensibilise[r] lesdoctorant[·e·]s aux enjeux de la science ouverte et de la diffusion des travaux de recherche dans la société » et l’article 8 rappelle quant à lui l’importance de la valorisation de la recherche, au travers de la « publication et confidentialité » (Légifrance, 2016).Toutes ces traces prennent place dans un certain contexte, avec des incitations plus ou moins grandes, légales et normées. Les doctorant·e·s doivent produire, pour leur recherche, pour leur curriculum vitae, pour la valorisation des écoles doctorales et des laboratoires associés ou encore pour les entreprises inscrites dans la démarche CIFRE, souhaitant un « retour sur investissement » parfois différent des attentes académiques. Dans le cadre du doctorat, une tension peut alors s’établir entre les contraintes posées par les institutions à produire des traces et les marges de manœuvres souhaitées et souhaitables par et pour les doctorant·e·s tout au long de leur parcours.
Ainsi, dans cet axe thématique, nous tenterons de répondre à plusieurs questions : À quelles contraintes sont confronté·e·s les doctorant·e·s ? Comment ces contraintes s’imposent-elles ? Comment prennent-elles forme ? Que révèlent ces contraintes sur l’environnement de travail des doctorant·e·s ? Quelle place prennent ces injonctions aux productions dans le doctorat ? Quelles pressions peuvent-elles générer ? Comment penser les marges de manœuvre des doctorant·e·s ?

Axe 3. La prise sur les traces

Le troisième axe cherche à saisir la manière dont les doctorant·e·s répondent à ces injonctions aux traces et invite à penser les marges de manœuvre de celles et ceux qui sont engagé·e·s dans un parcours de thèse.
Au fil de leur parcours, les doctorant·e·s laissent de multiples traces qui sont diffusées en interne notamment au sein du monde académique par le biais d’articles, de communications et de textes co-écrits avec des collègues chercheurs·ses. À l’externe, les doctorant·e·s peuvent également intervenir, apportant ainsi leurs connaissances grâce àleur casquette d’expert·e au travers d’interventions publiques, de rédaction d’articles, d’ouvrages et autres contenus de vulgarisation scientifique. Ces productions réalisées par les doctorant·e·s feront ensuite l’objet de réappropriations, de citations et de détournements. Ces usages soulèvent alors des questions comme le droit d’auteur et le risque de plagiat. Ces traces, qu’elles soient écrites, visuelles ou audiovisuelles influencent directement la réputation des doctorant·e·s et la manière dont ils·elles seront perçu·e·s par la société.
En effet, « l’ambiance sur Internet est au pseudonyme, à la légèreté, à l’aventure sans lendemain. Paradoxalement, Internet est une gigantesque archive d’où il est très difficile d’effacer ses traces[3]. Vous avez donc tout intérêt à faire très attention à ce que vous y faites. Vous y êtes en permanence « en public », et les moteurs de recherche donnent une grande visibilité à tous vos actes sur la Toile, pour peu que votre nom, votre thème d’enquête ou une autre de vos caractéristiques personnelles intéressent l’un de vos enquêtés soucieux de savoir à qui il a affaire » (Beaud, Weber, 2010, p.113).
Ainsi, laisser des traces implique de constituer des preuves afin de démontrer sa légitimité en tant que chercheur·se dans le monde académique et en tant qu’expert·e d’un sujet aux yeux de la société et des industries.
Cet axe, de manière plus générale, soulève également les questions suivantes : Quel est l’impact du contexte numérique actuel sur les traces laissées par les doctorant·e·s ? Quelles sont les traces que les doctorant·e·s laissent en ligne et pour quelles raisons ? Dans le cadre d’une accessibilité de ces traces, dans quelle mesure les productions des doctorant·e·s leurs appartiennent-elles ? Quels sont les risques d’exposition de ces travaux au regard des enquêté·e·s ? À quel point, les traces laissées par les doctorant·e·s contribuent-elles à forger leur identité numérique et leur réputation ? Les doctorant·e·s peuvent-ils réellement choisir quelles traces ils.elles souhaitent laisser ou non ?

Notes

[1] Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche souligne que la thèse de doctorat s’effectue « en règle générale en trois ans ». Les études montrent que « La durée de préparation de thèse diminue depuis 2010 et explique en partie la baisse des effectifs en doctorat. En 2020, 41 % des doctorants ont soutenu leur thèse en moins de 40 mois, soit à peu près la durée prévue par les textes (36 mois). 34% des doctorants ont eu besoin d’une année supplémentaire et 10 % des doctorats ont nécessité plus de 6 années de préparation » (Delattre, Roux, 2022).
[2] Dans le cadre d’un dispositif Cifre, l’Etat aide une entreprise (collectivité territoriale, association…) à financer une recherche doctorale et partenariale sur une question donnée. 
[3] Nous avons mis en avant le terme.

Références bibliographiques
  • BEAUD Stéphane, WEBER Florence. 2010, Guide de l’enquête de terrain, Paris, LaDécouverte, 336 pages.
  • BECKER Howard. 2004, Écrire les sciences sociales, 1986e éd, Paris, coll. « Méthodes des sciences sociales », Economica, 180 pages.
  • DELATTRE Pauline et ROUX Sophie. 2022, « 39 | le doctorat et les docteurs », état de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en France, Recherche et Innovation, n°15.
  • KAPP Sébastien. 2012, « Premiers textes: socialisation à l’écriture et formation des doctorants », Scripta, vol. 16, n°30, p.251‐266.
  • LÉGIFRANCE. 2016, « Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ».
  • LEMIEUX Cyril. 2012, « 18 – L’écriture sociologique » dans L’enquête sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », p.377‐402.
  • RAMOS Elsa. 2015, L’entretien compréhensif en sociologie. Usages, pratiques, analyses, Paris, Armand Colin, 176 pages.
  • ZAKI Lamia. 2006, « L’écriture d’une thèse en sciences sociales : entre contingences et nécessités », Genèses, vol. 65, n°4, p.112-125.
Catégories de contributions attendues

Dans le cadre de cette journée d’études, nous souhaitons offrir un espace de discussion aux doctorant·e·s et jeunes chercheurs·ses s’interrogeant sur les « traces » physiques et numériques qu’elles·ils laissent, volontairement ou non, lors de leur parcours doctoral, e tle rapport qu’ils.elles entretiennent avec celles-ci.
Cette journée d’étude se destine à tout·e·s doctorant·e·s ou récent·e·s docteur·e·s souhaitant partager son expérience et son rapport à ces traces laissées au cours de sa thèse, qu’elle qu’en soit les formes qu’elles peuvent prendre (documents écrits, enregistrements, photographies, vidéos, séminaires, présentations dans les médias, articles, HAL, …).
Souhaitant interroger les contours mêmes des différentes traces, les propositions de communication pourront prendre une variété de formes. Ainsi, si les communications orales « classiques » occuperont sans doute une place importante dans la journée, nous souhaitons également accueillir d’autres propositions de « communication », comme les posters notamment.

Consignes

Ces propositions de communication devront nous parvenir avant le vendredi 24 novembre 2023, par courriel à l’adresse suivante : 
jed.cultureetarts.cerlis[at]gmail.com
Nous attendons des propositions incluant un titre, un résumé et une forme de « communication » proposée qui tiennent en 3000 signes maximum, espaces compris, et qui peuvent inclure d’autres éléments que du texte.
La proposition devra être accompagnée d’une courte présentation biographique, comprenant le contact, l’affiliation institutionnelle, la ou les discipline(s), le statut, ses principaux thèmes de recherche (10 lignes maximum).
Nous communiquerons les réponses à cet appel mi-janvier.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search