Catégories
Appel

AAC – LA PERSONNE

AAC

Colloque

Université de Strasbourg, 8 et 9 décembre 2022

Amphithéâtre Alain Beretz, Nouveau Patio

LA PERSONNE

Les doctorants et jeunes docteurs de l’Ecole doctorale des sciences juridiques (ED 101) de l’Université de Strasbourg en collaboration avec la direction de l’Ecole doctorale, la direction de la Fédération de recherche L’Europe en mutation et l’Association des doctorants et jeunes docteurs en Droit, Histoire et Science politique de l’Université de Strasbourg (DEHSPUS), organisent la dixième édition du Colloque des doctorants et jeunes docteurs de l’Ecole doctorale.
Ce colloque s’inscrit dans la tradition des éditions précédentes en ayant vocation à permettre aux doctorants et jeunes docteurs de valoriser leurs travaux de recherche en présentant une communication qui fera l’objet d’une publication.
Ce colloque étant une édition anniversaire, une journée et demie sera consacrée à l’étude du thème suivant : « la personne ». Cette édition sera marquée par une approche particulière c’est-à-dire centrée sur les échanges entre jeunes chercheurs. Ainsi, les temps d’échanges seront favorisés par rapport aux temps de communication afin d’encourager une réflexion commune sur le thème étudié.

Argumentaire

Le terme de « personne » trouve ses origines dans les mots grec prosôpon et latin persona, qui renvoient tous deux à une signification similaire, celle du masque, du rôle joué par l’acteur, du personnage (P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, p. 1975 ; J. Lallot,
« Acteur », “Prosôpon”, “persona” : du théâtre à la grammaire », in B. Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Seuil, p. 23). Ce n’est que dans un second temps qu’il désigne « la réalité sous le masque apparent, l’être même qui est présent derrière, l’identité de l’existence qu’il recouvre » (J.-M. Trigeaud, Personne, Droit, Existence, Pompignac, Éditions Bière, 2009, p. 36). Le terme apparaît alors dans des écrits philosophiques et juridiques. À titre d’exemple, Gaïus au IIème siècle construit son manuel les Institutes en créant les différentes catégories de personnes, choses et actions (M. Duclos, « Personne et droit dans le monde romain », in A. Le Gallo, La Personne, fortunes d’une antique singularité juridique, Paris, Classiques Garnier, p. 27). Cela ne signifie toutefois pas forcément que la personne est sujet de droits, mais qu’elle intervient dans la sphère du droit (Ibid., p. 31), ce qui met déjà en évidence à l’époque la complexité qui caractérise l’emploi actuel de la notion (P. Magnard souligne par exemple qu’elle est à la fois pronom indéfini, nom commun et fonction grammaticale, ce qui en fait « la croix des grammaticiens qui en usent et en abusent, sans savoir où [la] classer ». P. Magnard, « La notion de personne en théologie », in A. Le Gallo, La Personne, fortunes d’une antique singularité juridique, Paris, Classiques Garnier, p. 93). À la manière de J. Rawls qui postulait l’impartialité de la justice derrière « un voile d’ignorance », le droit établirait son objectivité derrière un jeu de masques, assignant un régime juridique commun aux personnes répondant à certains critères d’identification. Le masque deviendrait alors la métaphore d’une catégorie juridique abstraite et générale.

En droit, « la personne se présente comme un acteur juridique, plus précisément comme un acteur mettant en scène juridiquement les actions quotidiennes de l’individu, être de chair et d’os du monde en dehors du droit » (J.-M. Poughon, « La personne juridique, ou le complexe de Prométhée », Les cahiers de philosophie de Strasbourg, n° 31/2012, p. 236). Elle désigne les entités détentrices de la personnalité juridique ayant la capacité de faire valoir leurs droits et de répondre de leurs obligations (G. Cornu, Vocabulaire juridique,  Paris, Presses universitaires de France, 14ème édition, p. 762). C’est en premier lieu l’être humain qui jouit du statut de personne, ce qui dénote un biais anthropologique dans la définition de cette dernière. En découle une distinction entre personne et chose, fondée sur l’idée de volonté. Une telle définition apparaît néanmoins trop réductrice pour couvrir l’ensemble des situations humaines. Humaine, la personne ne l’est d’ailleurs pas nécessairement en droit positif, pas plus qu’elle n’est nécessairement physique. Le droit connaît ainsi de nombreuses personnes morales, depuis les sociétés et associations, jusqu’à des fictions plus abstraites encore, comme l’État ou la communauté internationale. Par ailleurs, travailler sur la personne implique d’approfondir la distinction de cette notion avec celles d’individu et de sujet de droit.

La catégorisation juridique apparaît indispensable à l’appréhension de la notion de personne. Elle présente à cet égard un double aspect. D’une part, elle permet  l’attribution du statut de personne. D’autre part, elle se présente comme une catégorie générique dont découle une multitude d’autres catégories juridiques.

Sur l’attribution du statut de personne

La question du statut de personne implique de clarifier les limites entre les différentes opérations de qualification, de reconnaissance et d’attribution. Les évolutions sociétales et technologiques rendent poreuses les frontières entre personne-sujet et objet. La qualification d’une entité de personne reste fluctuante en droit. À titre d’exemple, sont écartés les animaux alors qu’on pourrait les qualifier de personnes non-humaines (J.-P. Marguénaud, « La femelle chimpanzé Cécilia, premier animal reconnu comme personne juridique non humaine », RSDA, n° 2, 2016, p. 15). De même, les robots, et notamment les voitures autonomes, sont également écartés de la notion de personne alors que confrontés aux questions de responsabilités. Il a même été question de leur reconnaître le statut de « personnes électroniques responsables » (M. Delvaux, « Report with recommendations to the Commission on Civil Law Rules on Robotics (2015/2013INL)  », European Parliament, Committee on Legal Affairs, 27 janvier 2017, pp. 20-21). Ces exemples font montre d’un mouvement semblant plébisciter l’octroi de la personnalité juridique. Il s’agit alors de contenir la complexification inhérente à un tel élargissement de la catégorie de personne. En tout état de cause, la question de l’attractivité du statut de personne juridique pour attribuer des droits à des entités non humaines se pose. En effet, il est possible de bénéficier de droits en tant qu’objet de droit, sans pour autant être sujet de droit (S. Vanuxem, Des choses de la nature et de leurs droits, Versailles, Quae, 2020, p. 18). Cela amène une réflexion sur des notions connexes à celle de personne, telles que le patrimoine, la corporalité ou encore la responsabilité.

Sur la multiplicité du statut de personne

Dans le même ordre d’idées, la pertinence du statut de personne peut être interrogée par la désindividualisation qu’il entraîne. Les victimes, les travailleurs, les migrants, les consommateurs, les personnes vulnérables, les personnes en situation de handicap, sont autant de catégories figées qui témoignent d’une forme d’essentialisation. Au-delà de ce phénomène, l’attribution du statut de personne questionne les rapports qu’entretient le discours juridique avec les catégories qu’il établit. C’est le cas des rapports de subordination, comme les rapports hiérarchiques en général, ou encore de solidarité, par exemple en ce qui concerne les devoirs envers les générations futures.

Un autre rapport particulier peut être mis en lumière lorsque la personne-sujet est mobilisée à des fins collectives. Il en va ainsi devant la Cour européenne des droits de l’Homme où la protection de l’environnement peut s’opérer par l’article 8 de la Convention protégeant la vie privée de la personne (CEDH, Lopez Ostra c. Espagne, 9 décembre 1994, § 51). Pareillement, l’effectivité de certains droits individuels, à l’instar du droit de grève, est conditionnée par un exercice collectif. De même, la personne en tant qu’actrice du droit, participe à la construction du discours juridique par des processus démocratiques divers. Par l’existence d’intérêts communs se constituent des associations ou encore des mouvements sociétaux moins, voire pas appréhendés par le droit, ce qui est notamment le cas du mouvement des gilets jaunes (O. Bui-Xuan, « Introduction générale », in O. Bui-Xuan, Les « gilets jaunes » au prisme du droit, Bayonne, Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie, 2020, p. 8).

Conclusions – invitation à une approche prospective

La notion de personne ne possède pas de contours définis et appelle à une réflexion renouvelée sur les techniques juridiques employées pour l’appréhender.

En outre, plus que la critique des techniques juridiques existantes, il s’agit aussi de repenser la dichotomie personne-sujet/objet fondant l’appréhension de la personne par le droit et qui, à bien des égards, présente des failles théoriques et pratiques.

Modalités de soumission

Cet appel à communications s’adresse exclusivement aux doctorants et jeunes docteurs. Une seule proposition de contribution sera examinée par personne.

Bien que ce colloque s’inscrive dans le champ des sciences juridiques, les contributions attendues peuvent relever de l’ensemble des sciences humaines et sociales.

Cet appel à communications propose certaines pistes de réflexion. Celles-ci ne sont évidemment ni exhaustives ni exclusives. Le comité scientifique portera toutefois une attention particulière aux approches prospectives.

Les propositions de contributions comportant une bibliographie (800 mots maximum hors bibliographie, au format Word) accompagnées d’un curriculum vitae doivent être adressées à l’adresse colloqueed1012022[at]gmail[dot]com

avant le 31 juillet 2022.

Les doctorants et jeunes docteurs dont les communications auront été sélectionnées en seront informés par mail en septembre.

Les contributions peuvent être réalisées en français ou en anglais. Les versions définitives devront être transmises au comité scientifique avant le jour du colloque. Ces contributions seront valorisées par la publication des actes du colloque.

Les frais afférents au voyage et au séjour à Strasbourg sont pris en charge par les organisateurs du colloque.

Comité scientifique

M. Emanuel CASTELLARIN, Professeur à l’Université de Strasbourg, Directeur de la Fédération de recherche
Mme Morgane CHOVET, Doctorante à l’Université de Strasbourg
M. Guillaume DARTIGUE, Jeune docteur de l’Université de Strasbourg
M. Samuel FULLI-LEMAIRE, Professeur à l’Université de Strasbourg, Directeur adjoint de l’Ecole doctorale 101
Mme Andrea HAMANN, Professeure à l’Université de Strasbourg, Directrice de l’Ecole doctorale 101
Mme Amélie HLIL, Doctorante à l’Université de Strasbourg et à la Friedrich Wilhelms Universität de Bonn
M. Thibault de RAVEL d’ESCLAPON, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg, Directeur adjoint de la Fédération de recherche
Mme Iliana SOENENS, Doctorante à l’Université de Strasbourg Mme Marine SUILS PORTE, Doctorante à l’Université de Strasbourg

Catégories
Appel

AAC – Les droits de la nature. Protéger le système-Terre dans et par la Constitution

AAC

Université d’automne de l’Institut Louis Favoreu-GERJC, Aix-en-Provence, 19-21 octobre 2022

Les droits de la nature.
Protéger le système-Terre dans et par la Constitution

L’université d’automne 2022 de l’Institut Louis Favoreu-Groupe d’études et de recherches sur la justice constitutionnelle aura pour thème : « Les droits de la nature. Protéger le système-Terre dans et par la Constitution ». Elle permettra de dresser un état des lieux des connaissances sur les droits de la nature. Si l’approche retenue sera d’abord juridique, et notamment constitutionnaliste, place sera faite à une réflexion pluridisciplinaire sur un sujet intéressant la plupart des sciences sociales.

Argumentaire
Dans une Constitution adoptée en 2008, l’Équateur était le premier pays au monde à proclamer des droits en faveur de la nature, également désignée comme Pacha Mama. Le texte consacre plus précisément le droit de cette dernière au respect intégral de son existence, à l’entretien, à la régénération de ses cycles vitaux, de sa structure, de ses fonctions et de ses processus évolutifs, ainsi que son droit à la restauration. Les reconnaissances du même type se sont depuis multipliées, par le biais de textes de loi (Bolivie, Nouvelle-Zélande), par voie prétorienne (Colombie, Inde, Bangladesh) ou par le biais de simples chartes ou résolutions (Québec, Charte des droits du lac Erie adoptée par une ville des États-Unis). Certes, à l’échelle planétaire, le corpus de droit positif reconnaissant des droits à la nature ou à certaines de ses composantes est encore limité. Cependant, l’idée rencontre une résonance mondiale de plus en plus forte et favorable. N’existe-t-il pas en France-même un projet de consécration des droits de la Loire ? La portée de cette évolution juridique reste largement incertaine, risquant d’osciller entre deux extrêmes : l’idée d’une solution miracle à la crise écologique d’un côté, la crainte d’une simple mode aux effets concrets limités de l’autre.

L’Université d’automne 2022 de l’Institut Louis Favoreu proposera un état des connaissances sur ce nouveau paradigme des droits de la nature. Elle laissera une large place à la réflexion, en particulier grâce aux interventions de chercheurs issus de disciplines diverses, auxquels s’adresse donc cet appel à contributions : juristes, politistes, anthropologues, philosophes, historiens…. Les projets de contribution devront porter un regard original sur le phénomène. Les thématiques suivantes pourront en particulier être abordées, sans qu’il s’agisse d’une liste fermée.

1- Quelles sont les racines intellectuelles des droits de la nature ?
Il est fréquemment allégué que l’idée de droits de la nature découlerait de cosmologies de peuples autochtones, qui recevraient ainsi l’aval du système juridique. Quelle sont les parts de vérité et de reconstruction dans cette vision des choses ? Comment certaines croyances autochtones ont-elles rencontré les préoccupations écologiques, aboutissant à inscrire dans le droit positif les droits de la nature ? Les droits de la nature servent-ils nécessairement les droits des peuples autochtones ou existent-ils des cas de conflit ? Comment le discours sur les droits de la nature réussit-il à s’implanter dans les pays sans minorités indigènes censées porter de telles cosmologies ? La justification des droits de la nature s’appuie-t-elle sur un registre de type jusnaturaliste (intérêts inhérents à la nature devant conduire à acter ses droits) ou technico-pragmatique (recours à la fiction juridique pour mieux protéger l’environnement) ?

2- Quelles sont les modalités de formalisation des droits de la nature et quelle est leur portée ?
Répondre à ces questions impliquera une analyse précise des expériences de droit positif existantes sur les droits de la nature (analyse d’une expérience donnée ou analyse comparative de plusieurs d’entre elles), afin de répondre en particulier aux interrogations suivantes.

Quel est le fondement formel des droits de la nature (texte et valeur du texte, précédé ou non d’un accord, adopté ou non par voie référendaire ; jurisprudence) ? Quels sont les droits reconnus et parmi eux, lesquels sont communs avec les droits de l’être humain et lesquels s’en distinguent ? Le sont-ils de manière générique à la nature en tant que telle et/ou à certains de ses éléments en particulier et lesquels (écosystèmes ; espèces animales et végétales ; zones protégées ; objets naturels tels que forêts, fleuves et glaciers…) ? Cette reconnaissance va-t-elle nécessairement de pair avec la reconnaissance de la personnalité juridique ? Est-il prévu des mécanismes de mise en œuvre spécifiques ? Quelles sont les modalités de représentation de la nature et/ou de ses éléments ? Le système de représentation privilégie-t-il l’actio popularis (comme en Équateur) ou un représentant/tuteur/gardien en particulier (comme en Nouvelle-Zélande) ? Quelles ont été les applications jurisprudentielles des droits de la nature et avec quelle portée ? Les décisions en faveur de la nature ont-elles été effectivement exécutées ?

3 – Les conséquences de la reconnaissance des droits de la nature.
On pourra ici s’interroger sur les conséquences de la reconnaissance des droits de la nature sur le système de protection des droits et son équilibre, comme sur l’impact de cette reconnaissance sur les catégories conceptuelles du constitutionnalisme.

Par exemple, dans quelle mesure les droits de la nature sont-ils susceptibles de faire évoluer l’arbitrage du conflit entre les libertés économiques et la protection de l’environnement ? Doivent-ils amener à repenser l’office du juge, par exemple en le dotant d’outils de suivi de ses propres décisions quand de tels outils n’existent pas déjà ? Les droits de la nature peuvent-ils favoriser la reconnaissance de droits à d’autres sujets non humains et lesquels ? Quelle est la pertinence du concept de droits bioculturels ? Comment repenser les notions-mêmes de sujet de droit, personnalité juridique, titulaire et bénéficiaire de droits fondamentaux, représentants ? Les droits de la nature peuvent-ils donner naissance à un constitutionnalisme écocentrique ou biocentrique et comment définir ces notions ?

Modalités de soumission

Les chercheurs et enseignants-chercheurs souhaitant participer à l’université d’automne adresseront un projet de 4000 caractères maximum.

Le document mentionnera le nom du candidat, sa qualité et son institution d’appartenance, ses courriel et numéro de téléphone.

Les projets seront envoyés à l’adresse laurence[dot]gay[at]univ-amu[dot]fr

le 20 juin 2022 au plus tard

Catégories
Appel

Appel à participation – Call for participation — 3ème école d’été Corse : Méthodes Modernes en Biostatistique et Epidémiologie – 3rd Corsican Summer School on Modern Methods in Biostatistics and Epidemiology 2022

Appel à participation / Call for participation

3ème école d’été Corse Méthodes Modernes en Biostatistique et Epidémiologie —– 3rd Corsican Summer School on Modern Methods in Biostatistics and Epidemiology

2022

Statistical methods and recent advances in statistical methods
for excess risk analysis

July Monday 4th to Friday 8th, 2022

Dans le cadre de l’ISSPAM, l’unité de recherche SESSTIM et le groupe de survie CENSUR proposent une école d’été à Corte (Corse). Cette semaine de cours et travaux pratiques a pour objectifs de diffuser les concepts, les méthodes et les outils statistiques les plus récents pour analyser la survie nette et la mortalité en excès et proposer, dans un cadre informel et convivial, des échanges scientifiques pour améliorer les connaissances et les compétences pratiques afin d’estimer, de modéliser, de programmer en utilisant le logiciel R, d’analyser et d’interpréter les résultats de l’analyse des risques en excès.

Date de l’événement : du lundi 4 au vendredi 8 Juillet 2022

The research unit SESSTIM (Sciences économiques et sociales de la santé & traitement de l’information médicale) and the survival group CENSUR present a Summer School located in Corte (Corsica). The purpose of this week of lectures and practical work is to disseminate the latest statistical concepts, methods and tools for analysing net survival and excess mortality and to provide, in an informal and friendly setting, scientific exchanges to improve knowledge and practical skills in estimating, modelling, programming using R software, analysing and interpreting the results of excess risk analysis.

The course will be taught by international researchers (France, United-Kingdom, and Slovenia) highly skilled in biostatistics, methodology, and epidemiology, from different research departments and implied in French (FRANCIM) and European (EUROCARE) networks of cancer registries.

The main objectives of the course are:

– to disseminate the concepts, methods and the more recent statistical tools to analyse net survival and excess mortality;

– to offer an informal and user-friendly setting of scientific exchanges in order to improve knowledge and practical skills to estimate, model, program, analyse and interpret results of excess risk analysis.

The scientific programme has been designed to meet the double objective of acquiring knowledge and skills in order to estimate, model, program using R software, analyse and interpret results of excess risk analysis.

Themes of the course:

  • Goals, epistemological aspects
  • Indicators-Interpretation
  • Non-parametric estimators of net survival
  • Parametric models for excess mortality
  • Flexible parametric models for excess mortality
  • Handling missing data
  • Diagnostic tools
  • Frailty models
  • Multiple events analysis
  • Handling expected rates tables (without, with missing information) and extensions to other fields: clinical research, epidemiology of occupational health

The number of participants is limited to 40 persons.

The Course will be taught in English. All instruction and course materials will be in English too.

Almost half of the course will be devoted to practical applications. Therefore, the applicants will have the opportunity to apply the methods described in the course using real or simulated data. Computing sessions will be organised using R software. These sessions will be the opportunity for participants and for the faculty to bring them together to have exiting knowledge exchange. Computers will be provided (Windows). Participants can use our computers or bring their own laptop computers. Previous experience of using R software is a pre-requisite.

The course will be held at the Université de Corse Pascal Paoli, at the campus Grimaldi, in Corte, Corsica, France. Theoretical parts will be in the amphitheatre Jean Nicoli, and practical parts using R software will be in computing rooms.

The deadline for registration is June 15th, 2022

Online registration

Contact : gestion_admin[dot]u1252[at]inserm[dot]fr 

For further information

Catégories
Appel

Appel à symposiums – XIVe Congrès de la SFHST

Appel à symposiums

XIVe Congrès de la SFHST

Société française d’histoire des sciences et des techniques

Bordeaux | 19-21 avril 2023

Depuis sa fondation en 1980, la Société française d’histoire des sciences et des techniques (SFHST) favorise les rencontres entre chercheurs lors de congrès qu’elle organise en moyenne tous les trois ans. La précédente édition, qui s’est déroulée à l’Université de Montpellier, a réuni plus de 200 congressistes.

Le XIVe Congrès de la SFHST, qui aura lieu pour la première fois à Bordeaux, se tiendra du mercredi 19 au vendredi 21 avril 2023.

Organisé dans les locaux de l’Université de Bordeaux (Bâtiment A29 – Université de Bordeaux – Campus de Talence – 351, Cours de la Libération – Talence, France), il nous permettra d’assister à des conférences plénières, à des symposiums thématiques et à des communications sur des sujets libres. Nous aurons aussi le plaisir de recevoir Bernadette Bensaude-Vincent, lauréate en 2021 de la prestigieuse médaille Sarton de la History of Science Society, et Simon Schaffer qui proposera une réflexion sur la circulation de l’information, le rôle des rumeurs et la crédibilité des faits chez les savants au XVIIIe siècle. Des tables rondes seront organisées sur quelques-unes des questions brûlantes qui agitent la communauté des historiens des sciences et des techniques. Les jeunes chercheurs seront également mis à l’honneur puisqu’il sera question de leur insertion professionnelle post-doctorale.

Une demi-journée sera consacrée à la découverte du patrimoine scientifique et technique bordelais, avec la possibilité de visiter le Muséum de Bordeaux, l’observatoire astronomique de Bordeaux ou encore les Archives de Bordeaux Métropole. Enfin, une conférence donnée dans le centre-ville de Bordeaux permettra d’ouvrir nos domaines de recherche à un public plus large.

Modalités de soumission

Nous vous invitons à soumettre, avant le 15 septembre 2022, des thèmes de symposiums qui pourront accueillir des communications (3 au minimum et 6 au maximum par symposium). Les propositions devront comprendre un titre et un argumentaire de 500 mots maximum.

Un appel à communications individuelles dans le cadre des symposiums retenus, un appel à communications libres et un appel à posters auront lieu courant octobre.

Comité d’organisation

Marie-Laure Saulnier, Université de Bordeaux, VP de la SFHST en charge de l’organisation du Congrès 2023 à Bordeaux, UMR 4574 SPH (Sciences, Philosophie, Humanités)
Pascal Duris, Université de Bordeaux, UMR 4574 SPH (Sciences, Philosophie, Humanités)
Marc Kefer, Université de Bordeaux, UMR 4574 SPH (Sciences, Philosophie, Humanités)

Catégories
Appel

AAC – Contrôler le temps, une ambition royale (1580-1789)

AAC

Journée d’étude

Contrôler le temps, une ambition royale (1580-1789) 

Université Jean Monnet Saint-Étienne / IUF, 24 novembre 2022 

En raison d’une configuration politique très particulière, celle de la mise en place de la monarchie absolue de droit divin, l’âge classique français est une époque où l’on a dû penser le temps. Car, dans la période encadrée par les troubles des guerres civiles et la Révolution française, l’affirmation de la monarchie absolue a mis en crise la possibilité d’écrire son histoire : la gloire du roi, garante de la paix et de la stabilité du royaume, pouvait être montrée, notamment par les arts plastiques, mais ne pouvait plus être racontée, en raison des limites épistémique, éthique et rhétorique de l’éloge. Un discours collectif, en lieu et place de ce récit, a déployé un imaginaire et une politique de la temporalité. Catégorie fondamentale qui a fait alors l’objet d’une instrumentalisation idéologique inédite, le temps est devenu une notion non plus quantitative mais qualitative. S’il y a un classicisme en France, et dans la culture européenne dans son ensemble, c’est parce que l’âge classique a été une époque où on a cherché à construire un temps absolu à partir des temps relatifs, des époques passées ou présentes, y compris les plus anciennes et les plus chargées d’héritage.
L’hypothèse que cette journée d’études entend examiner concerne la façon dont l’action du roi a institué et conduit cette opération symbolique d’essence hautement politique. L’entreprise a consisté à conférer des propriétés au temps, et pas seulement à l’enregistrer ; elle a donc été propre à fonder une politique culturelle destinée à orienter les institutions et les productions lettrées. L’objectif est d’observer les modalités par lesquelles le monarque absolu a cherché à exercer un contrôle sur les représentations de la temporalité par ses sujets : édiction de lois, décisions institutionnelles ou protocolaires, choix de représentation, manipulation des repères historiques comme autant de signes (on rappellera avec F. Hartog et J. Revel, que « tout discours historique est susceptible d’usages politiques » [Les Usages politiques du passé, Paris, Ed. de l’EHESS, « Enquête », 2001, p. 14), interventions dans les mesures chronologiques, dans l’interprétation des phénomènes cosmiques (les comètes par exemple) ou météorologiques, instrumentalisation du calendrier, récupération de notions comme celle de modernité, fabrique de la mémoire politique, pour citer quelques phénomènes susceptibles d’être abordés par les communications. Il s’agit de mesurer la façon dont le roi s’est impliqué lui-même dans la constitution d’une idéologie du temps inséparable de l’exercice de la monarchie absolue. On pourra aborder ces questions depuis tous les champs disciplinaires : histoire, études littéraires, histoire des idées, philosophie, histoire des arts, etc.

Modalités de soumission

Les propositions, accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique, sont à adresser à Delphine Reguig, delphine[dot]reguig[at]univ-st-etienne[dot]fr, avant le 31 mai 2022.

Catégories
Appel

AAC – L’interdisciplinarité au service des environnements intelligents

AAC

Colloque international

HUTLaConf 2022 

L’interdisciplinarité au service des environnements intelligents

Les membres du consortium HUT (Human at home project) s’associent pour organiser le colloque international « HUTLaConf 2022 : L’interdisciplinarité au service des environnements intelligents » qui se déroulera les 16, 17 et 18 Novembre 2022 à Montpellier (Maison des Sciences et de l’Homme Sud – MSH-Sud) . Ce colloque international est issu du programme de recherche HUT, qui fédère à la fois des partenaires institutionnels, des laboratoires et des entreprises. Il a pour objectif d’étudier comment les espaces connectés peuvent contribuer au bien-être de leurs habitants afin d’anticiper les nouveaux usages, d’évaluer le rôle des interfaces homme-machine et d’étudier la gestion et la protection des lacs de données générés par ces espaces.

Argumentaire

La « maison intelligente », l’espace architectural « connecté », l’« habiter augmenté », qui font depuis maintenant quatre ans l’objet d’une expérimentation « grandeur nature » au sein de l’appartement observatoire du projet HUT, nourrissent de nombreux espoirs, tout autant qu’ils alimentent de nombreux questionnements.

Les environnements intelligents (ou connectés, ou Smart) déclinés en ville, quartier, bâtiment ou encore en logement intelligent, résultent de l’intégration des technologies de l’information et de la communication, et de l’internet des objets au sein de l’environnement construit. L’objectif de ces environnements intelligents est de répondre aux besoins des habitants pour améliorer leur bien-être et leur sécurité tout en favorisant une meilleure gestion des flux et des ressources.

Si bien que leur développement s’appuie sur l’ensemble des disciplines scientifiques concernées, qu’il s’agisse de méthodes et/ou de techniques nécessaires à leur implémentation et leur gestion ou par l’évolution des interactions que cela implique, à savoir entre individus, les acteurs avec l’environnement, et dans les interactions humain-machine.

L’évolution de la notion d’environnement intelligent, déclinée depuis les années soixante avec les maisons reliées au réseau électrique et téléphonique, pour aller vers l’informatisation des villes, jusqu’à la ville intelligente, reflète le développement croissant des technologies et l’adaptation de leurs usages.

Ainsi, les questions soulevées dans une perspective globale de lieux construits ubiquitaires économes en ressources, aux flux efficients, adaptés et adaptables à leurs utilisateurs, deviennent par essence multi-disciplinaires.

Ouvert à toutes les disciplines — sciences des modèles et de l’ingénieur, sciences humaines et sociales (anthropologie, sociologie, psychologie, philosophie, droit, économie, management), histoire et théorie de l’art, de l’architecture et de la ville — ce colloque international invite à mettre en perspective les enjeux multiples des environnements intelligents selon quatre grands axes thématiques de réflexion, complétés par une session spéciale.

Bien-être et santé globale

Comment les espaces intelligents peuvent-ils influer sur le bien-être des habitants/utilisateurs ? Le bien-être est une notion multidimensionnelle par essence, qui englobe par exemple le bien-être physique et la santé, le bienêtre psychologique et l’acceptation de soi, mais aussi le confort, les relations sociales et la maîtrise de son environnement.

Partant de ses composantes historiques que sont la tradition hédonique qui met l’accent sur les affects positifs et négatifs, la satisfaction de vie d’une part, et la tradition eudémonique qui met en avant le fonctionnement positif et le développement personnel d’autre part, on peut se demander quelles dimensions du bien-être vont être impactées par ces espaces technologiques. De plus, la double notion contenue dans l’environnement connecté, celle d’environnement, et celle de technologie, pose la question de la séparation de leurs effets dans le bien-être des habitants, qui de fait deviennent des habitants/utilisateurs.

Transition écologique et développement durable

Les urgences climatiques, sanitaires et écologiques s’accumulent à une fréquence inédite. L’empreinte de l’être humain sur la planète devient de plus en plus durable et visible. Comment les espaces connectés peuvent-ils favoriser une meilleure maîtrise des ressources en eau, en électricité, et une meilleure gestion des déchets, et des flux de transports, afin de contribuer à diminuer l’empreinte de l’être humain ?

De plus, si l’implantation de technologies dans les espaces construits peut permettre de tels progrès, la durabilité de ces solutions tant en termes hardware/matériel que software/logiciel ne s’inscrit actuellement pas dans le temps long des bâtiments. Ainsi, des solutions originales pour faire coïncider ces deux temporalités sont nécessaires.

Enfin, l’implantation de capteurs, d’actionneurs, et la gestion de ces flux de données impliquent en elles-mêmes une augmentation de l’empreinte humaine sur la planète, mais les solutions qui permettent de diminuer leur impact environnemental existent, et l’évaluation des coûts globaux de l’implantation des technologies de l’habitat et des bénéfices qu’elles représentent reste à faire.

Inclusion numérique et sociale

Le développement de nouvelles technologies et leur utilisation ne sont pas à la portée de tous. Cependant, les améliorations de vie promises par les environnements intelligents doivent pouvoir parler à tout le monde. Comment démocratiser les solutions technologiques dans l’environnement construit ? De plus, les développements récents qui permettent de favoriser l’autonomie des personnes vulnérables passent aussi par un accès au soin à distance, mais il faut veiller à ce que ces accès distants n’empêchent pas de maintenir un tissu social conséquent. Comment l’intégration des technologies peut-elle permettre de favoriser une inclusion plus large dans la société ? Enfin, à l’époque où les plateformes et réseaux sociaux virtuels regroupent des milliards d’usagers, la question de nouvelles transformations dans les relations sociales et les usages dus aux environnements intelligents se pose.

Protection et gestion des données

La gestion et la protection des données, des lacs de données générés par les environnements intelligents, sont complexes du fait de la quantité d’acteurs impliqués dans ces processus. Des acteurs privés aux institutions gouvernementales, l’utilisation des données collectées est le nouvel or bleu pour comprendre l’utilisateur ou le citoyen et favoriser la meilleure expérience possible tout en s’assurant une compétitivité permanente.

Ces utilisations et traitements permettront d’anticiper les besoins des habitants, de gérer efficacement de multiples flux parallèles et même de prévoir en amont de la construction les solutions.

La gestion et le stockage de telles données posent aussi question, tant dans les ontologies nécessaires que dans les flux de données, les espaces de traitement et de stockage, et l’interopérabilité des solutions adoptées, mais aussi sur le plan de l’environnement.

Enfin, la question de l’éthique dans le traitement et la diffusion de telles données, ainsi que dans la protection de la vie privée prend une autre dimension dans les espaces technologiques, puisque l’ensemble des espaces, des espaces communs publics aux espaces privés intimes, peut devenir l’objet de captation et de traitement de données à toute heure. Quels sont les dispositifs déjà mis en place, et quels dispositifs seraient susceptibles d’améliorer encore le tri et la protection des données personnelles, tout en permettant le développement de solutions innovantes et originales ?

Session Spéciale – Interdisciplinarité & Complexité : Pratiques et enjeux du travail collaboratif scientifique

Face à une telle diversité, il a été entrepris au sein du programme de recherche HUT d’étudier les interactions entre les différents membres de ce projet aux différents niveaux de structuration : une étude dans l’étude.

Celle-ci a fait émerger deux questions de complexité autour desquels nous proposons cette session spéciale : quelles sont les méthodes pour étudier l’interdisciplinarité et de quelles manières peut-on identifier voire évaluer les formes que celle-ci peut prendre au sein des projets scientifiques.

Cette session spéciale sera l’occasion de partager et d’échanger sur des études aussi bien locales, nationales qu’internationales sur la pratique de l’inter-disciplinarité, ses enjeux, ses difficultés, ses leviers et ses obstacles.

Modalités de soumission

Le comité d’organisation et le comité scientifique invitent les chercheurs.ses de toutes disciplines à soumettre des propositions pour des communications orales de 30 minutes (20 minutes de présentation suivies par 10 minutes d’échanges) et des posters.

Les résumés soumis doivent comporter 800 mots maximum (bibliographie non-comprise), en respectant le modèle suivant :

– Un titre informatif

– Contexte, problématique et intérêt de la recherche

– Méthodologie de la recherche et résultats envisagés/recueillis

– Des mots-clés (6 maximum)

– Des références bibliographiques

Langues des communications : français, anglais.

31 Mai 2022 : date limite de réception des contributions

30 Juin 2022 : retour aux auteurs et ouverture des inscriptions

Comité d’organisation

Ait Haddou Hassan (LIFAM, ENSA Montpellier)
Cases Anne-Sophie (MRM, UM)
Charrondière Chloé (HUT)
Franco Victoria (HUT)
Marchal Émilie (HUT)
Mary Julien (MSH-Sud)
Nourrit Déborah (Euromov, UM)
Noy Claire (Lerass Ceric, UPV)
Turo Sibylle (HUT, LIFAM, UM)

Catégories
Appel

AAC – Mesure(s) et droit

AAC

Journée d’étude

Toulouse, le 2 décembre 2022

Mesure(s) et droit

Le lien entre mesure et droit semble bien établi et se retrouve dans la littérature. Ainsi Balzac écrivait : « Nous ne devons avoir qu’un poids et une mesure et faire des procès partout » (H. de Balzac, Correspondances, 1840, p. 223). A l’inverse, chez Voltaire, le plaideur s’interroge : « Puisque les tailleurs et les cordonniers s’accordent d’un bout du royaume à l’autre, pourquoi les juges n’en font-ils pas autant ? », ce à quoi l’avocat lui répond : « Ce que vous demandez est aussi impossible que de n’avoir qu’un poids et qu’une mesure ? Comment voulez-vous que la loi soit partout la même, quand la pinte ne l’est pas ? » (Voltaire « Un plaideur et un avocat », Œuvres complètes. Dialogues et entretiens philosophiques, 1822, p. 14). L’unité de mesure apparaît ainsi consubstantielle à l’idée de justice. La formule « Un roi, une loi, un poids et une mesure » constitue d’ailleurs aussi l’une des revendications largement partagée par les trois ordres dans les cahiers de doléances de 1789 (W. Kula, Les mesures et les hommes, Maison des Sciences de l’Homme, 1984). Peut-on alors toujours avoir un poids et une mesure en droit ? Pour le juge, cela est gage de son impartialité. Toutefois, le terme de mesure ne saurait se réduire au sens pris au sein de cette expression. En effet, ce mot est polysémique et cette polysémie rejaillit sur sa prise en compte par la matière juridique. Il faut néanmoins souligner que l’objet de cette manifestation scientifique sera de se concentrer sur la mesure au sens d’évaluation d’une grandeur ou d’une quantité, d’unité de mesure, d’élément de référence. La mesure ne sera donc pas, ici, entendue, au sens très large, de moyen pris pour atteindre un objectif (il ne s’agira donc pas d’étudier, par exemple, les mesures disciplinaires, les mesures d’administration judiciaires, les mesures pénales, etc. qui mériteraient une réflexion à part entière).

Dès lors, la signification retenue du terme de « mesure » renvoie aux modalités d’évaluation d’une grandeur ou d’une quantité, mais également au résultat de cette opération. En ce sens, le droit prend en compte de nombreux éléments de mesure. Cette évaluation en termes de grandeur ou de quantité s’effectue de manière plus ou moins arithmétique. Ainsi, la prise en compte des superficies en droit immobilier ou le calcul de la quotité disponible en matière successorale n’ont rien à voir, par exemple, avec l’évaluation de la charge de travail en droit social, ou encore avec l’appréciation des performances d’une entreprise. De même, le comptage des chômeurs (dès la fin du XIXe siècle), ou encore les pratiques de mesures anthropométriques telles que celles pratiquées par Bertillon n’ont, elles non plus, rien de commun à part ce lien ténu entre, précisément, mesure et droit. Il est, par ailleurs, à noter que la proportion ou la disproportion innerve de larges pans de la matière juridique et suppose aussi une évaluation, une mesure. On songe alors, bien entendu, au contrôle de proportionnalité, mais au-delà de ce contrôle, la notion de proportion existe d’ores et déjà en droit substantiel (pour ne donner que quelques exemples : la disproportion du cautionnement, la disproportion manifeste de l’article 1221 du Code civil en matière d’exécution forcée, la proportionnalité de la riposte, mais également de la peine en droit pénal, les notions de disproportion ou de déséquilibre de l’article L. 442-1 du Code de commerce, etc.).

Dans toutes ces hypothèses, des questions méritent d’être posées : Que mesure-t-on ? Comment mesure-t-on ? Qui effectue ces mesures ? Le juge semble un acteur privilégié, le législateur également, mais ils ne sauraient être les seuls à l’heure des agences de notation et de la « gouvernance par les nombres » (le rôle des cabinets de conseil, des autorités administratives indépendantes, mais également de certaines organisations internationales tel que le Groupe de la Banque Mondiale pourrait, par exemple, être envisagé).
Quels sont les outils permettant d’effectuer de telles mesures et quelle est leur efficacité, leur efficience (barème Macron, nomenclature Dintilhac, méthodes de calcul en matière de prestation compensatoire, etc.) ?

Enfin, la question de la mesure du droit lui-même pourra être soulevée. La simplification du droit et la confiance dans la justice sont des préoccupations essentielles de notre société. L’actualité de l’open data des décisions de justice et la multiplication des legal tech renouvellent les interrogations à ce sujet. Peut-on ou pourra-t-on bientôt mesurer la qualité du droit ? Selon quels outils et dans quels objectifs ? 

Modalités de soumission

Les propositions de contribution de deux pages maximum doivent être rédigées en français et sont à adresser au plus tard le 30 juin 2022 à l’adresse suivante : mesuresetdroit@gmail.com

Les réponses aux propositions de contribution seront communiquées au plus tard le 1er août 2022.

Comité scientifique

Solenne Hortala (MCF en droit privé, IDP), Sébastien Ranc (MCF en droit privé, CDA) et Romy Sutra (MCF en histoire du droit, CTHDIP)

Catégories
Appel

AAC – À l’épreuve des tempêtes. Institutions et crises : approches historiques

AAC

Colloque

Rennes, 16-17 mars 2023

À l’épreuve des tempêtes. Institutions et crises : approches historiques

La crise est omniprésente, au moins dans les discours. Sans tomber dans le catastrophisme, il faut bien constater que la pandémie de Covid-19 a mis à l’épreuve nos contemporains et nombre d’institutions (Bergeron et al. 2020) ; sans doute les défis à venir, ou en tout cas annoncés, les éprouveront davantage. Cela ne peut manquer d’interpeller l’historien·ne. Quelles relations entretiennent les institutions et les crises ? La question doit être posée au regard des expériences des sociétés du passé. Surtout, elle ne peut faire l’économie d’un travail de définition de ces concepts pour le moins vagues. Voici un enjeu essentiel de ce colloque adressé aux jeunes chercheur·e·s, qui n’entend pas proposer un prêt-à-penser, mais suggérer des pistes de réflexion, afin de conférer une vertu heuristique à ces concepts. Nous insistons ici sur l’importance des études empiriques pour fonder le comparatisme : c’est la condition pour atteindre un degré de généralité satisfaisant dans une telle perspective. 

Par crise, est entendu le moment de la rupture de la continuité dans un ordre apparemment établi. Le terme est compris dans deux dimensions : une temporalité et une intensité. C’est un moment de bascule, un révélateur des tensions sociales en jeu, qui ne peut être saisi que dans le temps plus long. En grec ancien, le sens médical de la crise renvoyait à ce moment fatidique face à l’alternative : vivre ou mourir. L’acception médicale irrigue encore la conception moderne, qui s’impose à la fin du XVIIIe siècle, avec un infléchissement négatif. Si, au XIXe siècle, la philosophie progressiste lui donna un sens positif, celui d’un temps de transformations, reste que la crise demeure dans ses utilisations contemporaines un repoussoir. Mais, qu’elle soit positive ou négative, la crise est bien le temps des possibles entre un passé révolu et un futur non advenu.

Pour ce qui est de l’institution, une fois écarté un sens anthropologique trop large, où les institutions désignent ce qui fonde la vie sociale (mariage, politesse), nous ne souhaitons pas opposer les approches organisationnelles et institutionnelles. Aussi, en s’inspirant de la relecture des travaux de Maurice Hauriou par l’école dite de Dresde, autour du médiéviste Gert Melville (Hauriou 1925 ; Melville 1992), on prendra ici en considération sous le terme d’institution des mises en ordre symboliques et matérielles ayant atteint un certain degré d’organisation formelle et juridique, lesquelles mettent en œuvre une multitude d’« idées directrices » à même d’orienter l’action des individus, et censées garantir la stabilisation de l’institution. Par idée directrice, est compris un but à atteindre et une manière de l’atteindre, en lien avec un système de valeurs.

La relation entre crise et institution politique est établie. Michel Dobry défend l’idée de dépassement de la rupture portée par la crise pour penser la continuité des institutions et des individus qui la composent (Dobry 1989). L’intérêt du colloque réside tout entier dans la conviction que les institutions masquent un caractère processuel, que rappelle l’étymologie du mot et que les crises peuvent faire ressurgir. Dans cette optique, cinq axes de réflexion sont proposés aux participant·e·s. D’abord, on enquêtera sur les institutions en crise, confrontées à un dérèglement interne. Ensuite, lorsqu’une crise se produit en-dehors de l’institution, comment réagit-elle ? La résolution de la crise peut passer par la création d’une ou plusieurs institutions : la réflexion autour de ces enjeux constitue le troisième axe. Les institutions ne sont pas des monolithes ; elles s’incarnent dans des individus, dans des groupes sociaux, qu’ils soient partie prenante de l’institution ou en relation avec elle. Quels usages sociaux font-ils de la crise ? Enfin, on se questionnera sur l’irruption du passé dans le présent : pour les institutions, quelles luttes se jouent autour des formes et modalités des constructions mémorielles de la crise ?

1. Crise(s) dans l’institution

Renversant la perspective, Peter Von Moos proposa de voir dans la crise l’état normal de fonctionnement d’une institution (Von Moos 2001). Qu’en est-il ? Il est en tous les cas raisonnable de considérer que toute institution rencontre des crises au cours de son histoire. Comment se manifestent-elles ? Il faut d’abord appréhender les crises d’origine interne, provoquées, par exemple, par des dysfonctionnements organisationnels, par la perte de sens des idées directrices, par l’inadaptation de son gouvernement ou par l’imprévu. Circonscrites à l’institution, elles peuvent provoquer des blocages à même d’aggraver la crise initiale. Il conviendra d’identifier les origines possibles des crises internes et ce qui se joue dans leur déclenchement. Sont-elles structurelles, autrement dit, résultent-elles d’une remise en cause d’idées directrices assurant jusqu’alors la stabilité de l’institution ? L’environnement culturel, politique, social et économique peut-il être à l’origine de ce moment de bascule ? De fait, puisqu’il ne peut y avoir qu’intrication de facteurs internes et externes, on cherchera à démêler cet écheveau complexe. La réaction des membres par rapport à la crise qui frappe l’institution mérite une attention particulière. On pourrait distinguer, d’une part, les membres engagés dans la crise, qui ont une responsabilité immédiate dans son déclenchement et son développement, et d’autre part, les membres impliqués par la crise qui, en raison de leur situation ou de leur position dans l’institution, en subissent les effets. Ces deux groupes, qui peuvent en partie se recouper, participent-ils à la résolution de la crise ? La « sortie de crise » s’effectue soit au moyen d’une réforme institutionnelle – pouvant être orchestrée de l’extérieur – en conformité ou non aux anciennes idées directrices, soit par le biais d’une modification des règles du jeu internes. Comment résoudre la crise interne ? A-t-elle justifié la mise en place d’un mécanisme propre d’identification et de dépassement du problème ? Un obstacle majeur à la résolution de la crise réside parfois dans le fait qu’elle a des répercussions sur les rapports que l’institution entretient avec l’extérieur. L’affaire Dreyfus, au départ une crise interne à l’armée française, se mue en crise politique nationale (Bach 2004 ; Denis-Lagrée-Veillard 1995) : elle résume à elle seule tout l’intérêt de cet axe.

2. Institutions face aux contextes de crise

Que fait la crise à l’institution ? Tout l’enjeu de cet axe repose sur la compréhension des dynamiques à l’œuvre au sein des institutions quand elles se trouvent dans des contextes de dérèglement potentiel d’un ordre supposément établi. Une attention particulière est requise pour saisir ce qu’est le moment de crise, sa temporalité et son niveau d’intensité. Mais quel qu’il soit, le contexte de crise implique la mise à l’épreuve des raisons d’être des institutions, de leur fonctionnement et organisation interne, ainsi que de leur positionnement dans un environnement institutionnel et social marqué par l’imprévisibilité, puisque soumis aux mêmes tensions. Au XVIe siècle, au cœur de la crise religieuse, l’ordre des Frères mineurs capucins subit ainsi le départ de membres cadres vers Genève et ne survit qu’au prix d’une réforme centrée sur l’obéissance, l’oraison et la pauvreté (Camaioni 2018). Il importe donc d’étudier la façon dont s’effectuent la réactualisation des lignes directrices de l’institution, la recomposition politique et sociale de son organisation, son repositionnement dans les champs où elle opère. Qu’on pense aux évolutions organisationnelles et sociales de l’armée aussi bien après Azincourt (Contamine 1972 ; Toureille 2015) que pendant la période révolutionnaire (Bertaud 1979), la crise est ici moteur du changement de l’institution ; il convient de saisir les modalités de cette relation. Toutefois, il est des institutions qui paraissent inchangées au sortir du contexte désigné comme crise. Mais s’il faut admettre qu’un écrit de Confucius change parce qu’il ne change pas dans un univers qui change (Levenson 1965 ; Bourdieu 2012), que fait, dès lors, la crise à l’institution quand elle paraît ne pas l’affecter ? Et, si c’est possible, à quelles conditions l’institution et ses lignes directrices font montre de leur légitimité, voire se renforcent ? Voilà qui ouvre une dernière piste : l’institution qui devient partie prenante des développements de la crise, soit qu’elle en aggrave les dynamiques, soit qu’elle contribue à sa résolution, en rétablissant un équilibre dans un ordre en péril.

3. Instituer pour répondre à la crise

Les institutions peuvent-elles être à leur tour des réponses à la crise ? Il s’agit ici, dans ce troisième axe, d’interroger la manière dont instituer, c’est-à-dire établir une nouvelle institution, apparaît comme une solution pour les sociétés confrontées aux crises. Elle peut être ad hoc et répondre à un objectif précis et temporaire, et néanmoins perdurer ; elle peut aussi être pensée comme permanente. Ainsi, un premier temps doit être consacré aux motivations et enjeux qui entourent la création d’une nouvelle institution afin de pallier la crise, voire d’y remédier. Si l’institution est la réalisation d’une idée directrice, elle s’inscrit dans un contexte précis. D’ailleurs, de nombreux travaux se sont déjà fait l’écho de toute une variété de situations, de l’institution des commissaires d’application des édits de pacification en 1563 et 1570, visant à sortir des guerres civiles (Foa 2014), à la mise en place de la polysynodie par le Régent en 1715-1718 face à la crise politique et économique du début du XVIIIe siècle (Dupilet 2011). Dans ce cadre, les crises peuvent être aussi envisagées comme des « désordres créateurs » d’institutions (Lecuppre-Texier du Mesnil 2014), c’est-à-dire des contextes particulièrement favorables à la redéfinition de manières de faire ou de buts à atteindre. On questionnera aussi la place de cette institution dans son environnement institutionnel et social, en lien avec les participants au processus d’institution. La question de déterminer qui institue apparaît à ce titre fondamentale. Une attention particulière devra donc être portée aux justifications permettant d’assurer la légitimité de ces nouvelles structures voire leur pérennité, que cette légitimité s’inscrive dans un héritage pratique et symbolique revendiqué ou qu’elle contribue à le redéfinir. Enfin, il convient de se demander si instituer est une nécessité pour sortir de la crise et mesurer les effets de ces nouvelles créations. 

4. Groupes et individus : institutions et usages sociaux de la crise

Selon des modalités et formes d’individuation diverses, chaque société a assigné une place aux individus dans les relations sociales. Quels usages de la crise font ces individus et les groupes d’individus ? Au moins trois angles d’approche semblent possibles. Il s’agit, d’un côté, de se pencher sur la trajectoire des membres au sein de leur institution : ils peuvent tirer bénéfice, intentionnellement ou non, d’une crise interne ou générale, améliorant leur situation. Ils peuvent aussi en pâtir. De l’autre, qu’en est-il de la variété des situations interstitielles, en particulier les trajectoires faites d’allers-retours entre l’institution et l’extérieur ? N’oublions pas, en dernier lieu, les individus extérieurs à l’institution, mais en lien avec celle-ci – tel le contribuable face aux atermoiements de l’institution fiscale (Delalande 2011). La crise peut favoriser l’entrée, ou, au contraire, pousser vers la sortie certains membres ou groupes. Ces parcours individuels ou collectifs infléchissent-ils le fonctionnement, voire les lignes directrices de l’institution ? Contribuent-ils à la résolution de la crise ? Parviennent-ils ensuite à conserver les bénéfices acquis, dont il s’agira de mesurer les effets – délétères ou non – sur le devenir de l’institution ? En outre, l’expérience et les savoirs des groupes et individus, forgés en amont de leur entrée ou de leur sortie de l’institution, sont sujets à des transferts de pratiques qu’il faut interroger. Enfin, il conviendra de saisir les stratégies discursives : une pythie de la crise ne produit-elle pas un discours performatif à même de faire advenir la crise, de l’entretenir ? Le prophète de malheur n’a-t-il pas intérêt au malheur ?

5. Mémoire de l’institution et discursivité de la crise

L’élaboration postérieure d’une narration de la crise et l’organisation de sa mémoire apparaissent comme le champ où dépasser un changement qui fait problème pour le mettre au service d’une stabilité institutionnelle. Elles s’effectuent selon diverses modalités, du rejet de la crise à son incorporation, sans oublier son refoulement. La mémoire, entendue comme « une reconstruction du passé à partir de données empruntées au présent » (Hallbwachs 1925), implique pour une institution un travail historiographique, fait de transmissions et d’oublis. Il s’agira soit de la mémoire d’un moment alors vécu comme une crise par l’institution, ou bien la construction a posteriori d’un moment revêtant les atours de la crise. L’organisation de cette mémoire prend place dans l’institution considérée ou hors d’elle, officiellement ou officieusement. On s’est récemment intéressé à la mémoire des origines dans les institutions monastiques (Caby 2003 ; Josserand-Olivier 2012). Les crises ne constitueraient-elles pas un temps de (re)fondation ? Quels sont les mécanismes d’élaboration d’une narration et d’une mémoire de la crise ? Comment les crises sont-elles articulées avec d’autres épisodes dont l’institution entend qu’ils souviennent ? Ainsi, la réforme, en ses sens médiéval et contemporain, est souvent justifiée par l’état de crise d’une institution : pensons aux mouvements d’Observance régulière à la fin du Moyen Âge face à leurs rivaux conventuels (Huijbers 2018). Ceci suppose aussi de réfléchir à la maîtrise des voies d’accès au passé, la maîtrise des sources participant de celle des discours et des savoirs sur la crise : les institutions sont en effet de grandes pourvoyeuses d’écritures grises et de « paperasse » (Kafka 2013). Citer la crise passée, c’est la mettre en mouvement dans le présent. Qu’il s’agisse, dans le discours, d’un instrument de légitimation, d’une tradition, ou, dans l’action, d’une « référence » comme « tentative d’actualisation d’un passé inachevé » (Moatti 2018), la crise convoquée a des effets dans le présent de l’institution. La mémoire d’une crise ressortit en effet d’enjeux de cohérence collective, voire identitaire. Il s’agira donc de saisir comment entrent en relation les mémoires individuelles et collectives de la crise et comment peut être organisée ou utilisée la remémoration. La capacité à faire usage d’une mémoire de la crise, voire à imposer une mémoire, devra faire l’objet d’une attention particulière – des éléments rejetés du passé lors de sa construction comme mémoire persistent en effet dans « les discordances […] du passé fabriqué » (Geary 1996).

Bibliographie

Andro Gaïd, Une Génération au service de l’État. Les procureurs généraux syndics de la Révolution Française, Paris, SER, 2015. 

Azoulay Vincent et Paulin Ismard, Athènes 403. Une histoire chorale, Paris, Flammarion, 2020.

Bach André, L’armée de Dreyfus : une histoire politique de l’armée française de Charles X à « L’Affaire », Paris, Tallandier, 2004.

Baczko Bronislaw, Comment sortir de la Terreur ? Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989.

Bergère Marc, Le Bihan Jean (dir.), Fonctionnaires dans la tourmente. Épurations administratives et transitions politiques à l’époque contemporaine, Chêne-Bourg, Georg Editeur, 2010. 

Bergeron Henri, Borraz Oliver, Dedieu François, Castel Patrick, Covid-19 : une crise organisationnelle, Paris, Presses de Sciences-Po, 2020.

Bertaud Jean-Pierre, La Révolution armée, les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Robert Laffont, 1979.

Bourdieu Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Le Seuil/Raisons d’agir, 2012.

Caby Cécile (dir.) La mémoire des origines dans les institutions médiévales, dans Mélanges de l’École française de Rome, n° 115-1, Rome, éditions de l’ÉFR, 2003.

Camaioni Michele, Il Vangelo e l’anticristo. Bernardino Ochino tra francescanesimo ed eresia, Bologne, Il Mulino, 2018

Caron Jean-Claude, Chauvaud Frédéric, Fureix Emmanuel, Luc Jean-Noël (dir.), Entre violence et conciliation. La résolution des conflits socio-politiques en Europe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2008. 

Chatriot Alain, Join-Lambert Odile, Viet Vincent (dir.), Les Politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, PUR, 2006.

Contamine Philippe, Guerre, état et société à la fin du moyen âge : études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris, EHESS, 2004 (1972).

Delalande Nicolas, Les batailles de l’impôt : consentement et résistance de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 2013.

Dobry Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1986 (1re édition).

Dupilet Alexandre, La Régence absolue, Philippe d’Orléans et la polysynodie (1715-1718), Seyssel, Champ Vallon, 2011. 

Foa Jérémie, Le Tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2015.

Foa Jérémie, Tous ceux qui tombent. Visages du massacre de la Saint-Barthélemy, Paris, La Découverte, « À la source », 2021.

Fossier Arnaud, Monnet Eric (dir.), « Que faire des institutions ? », Tracés. Revue de Sciences Humaines, n° 17, 2009. 

Hermant Héloïse (dir.), Le Pouvoir contourné, Infléchir et subvertir l’autorité à l’âge moderne, Paris, Classiques Garnier, 2016.

Huijbers Anne, Zealots for Souls : Dominican Narratives of Self-Understanding during Observant Reforms, c. 1388-1517, De Gruyter, Berlin, 2018.

Ismard Paulin, La Cité et ses esclaves. Institution, fictions, expériences, Paris, Le Seuil, 2019. 

Kafka Ben, The demon of Writing : powers and failure of paperwork, Zone Books, New-York, 2012.

Koselleck Reinhart, « Crisis », dans Journal of the History of Ideas, 67-2, 2006, p. 357–400 (traduction par Michaela W. Richter).

Lagroye Jacques, Offerlé Michel (dir.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2010. 

Lemercier Claire, Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de commerce de Paris, 1803-1853, Paris, La Découverte, 2003. 

Loraux Nicole, La cité divisée, L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 2019 (1997).

Meyzie Vincent, « Histoire(s) de l’État Royal (XVIIe-XVIIIe siècles), Institutions, pratiques, officiers », dans LE ROUX Nicolas (dir.), Faire de l’histoire moderne, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 235, 267.

Melville Gert, Institutionen und Geschichte : theoretische Aspekte und mittelalterliche Befunde, Cologne, Böhlau, 1992.

Moatti Claudia, Riot-Sarcey Michèle, Pourquoi se référer au passé ? Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Ateliers/Les Éditions Ouvrières, 2018.

Müller Anne, « Managing Crises : Institutional Re-stabilisation of the Religious Orders in England after the Black Death (1347-1350) », dans Revue Mabillon, 16, p. 205-219.

Revel Jacques, « L’institution et le social », dans Bernard LEPETIT (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 2013 (réédition de 1993), p. 85-113. 

Roitman Janet, Angeli Aguiton Sarah, Cabane Lydie, Cornilleau Lise, « Anti-Crisis : penser avec et contre les crises ? », Critique internationale, n° 85-4, 2019, p. 107-121

Tixier Du Mesnil Emmanuelle, Lecuppre Gilles, Désordres créateurs : l’invention politique à la faveur des troubles, Paris, Kimé, 2014.

Toureille Valérie, Le drame d’Azincourt : histoire d’une étrange défaite, Paris, Albin Michel, 2015.

Tournay Virginie, Vie et mort des agencements sociaux : de l’origine des institutions, Paris, PUF, 2009.

Tournay Virginie, Sociologie des institutions, Paris, PUF, Que sais-je ?, 2011.

Von Moos Peter, Schreiner Klaus (dir.), Der Fehltritt : Vergehen und Versehen in der Vormoderne, Böhlau, Cologne, 2001.

Wright Vincent, Le Conseil d’État sous le Second Empire, Paris, A. Colin, 1972.

Modalités de soumission

Ce colloque est d’abord ouvert à l’ensemble des jeunes chercheur·e·s en histoire (doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s), quelle que soit la période de leurs travaux, mais il reste ouvert aux autres sciences sociales. Les communications devront répondre à quelques-unes des questions soulevées. Une attention particulière sera accordée aux propositions qui lieront travail sur les sources et réflexions sur les concepts. Elles pourront être faites en français ou en anglais.

Les propositions de communication devront être pourvues d’un titre et de 5 mots-clefs, devront les accompagner : un court CV, un résumé de 2000 caractères (au maximum) de la communication, ainsi qu’une courte bibliographie de 5 références. Les propositions seront adressées à : colloque.crises.institutions@gmail.com

avant le 30 juin 2022

Comité d’organisation

Anthony Hamon (Université Rennes 2, Tempora)

Alexandre Lepesteur (Université Rennes 2, Tempora)

Pierre Meignan (Université Rennes 2, Tempora ; Université Charles de Prague)

Jean-François Morvan (Université Rennes 2, Tempora)

Comité scientifique

Gaïd Andro (Université de Nantes, Tempora)

Marie-Madeleine de Cevins (Université Rennes 2, Tempora)

Marie Delezenne (Université d’Artois, CREHS)

Jérémie Foa (Université d’Aix-Marseille, TELEMMe)

Chloé Gaboriaux (Sciences Po Lyon, Triangle UMR 5206)

Paulin Ismard (Université d’Aix-Marseille, ANHIMA)

Pierre Karila-Cohen (Université Rennes 2, Tempora)

Catégories
Appel

AAC – L’IA au prisme des sciences humaines et sociales

AAC

Journée d’étude

le 13 octobre 2022 à l’EHESS

L’IA au prisme des Sciences Humaines et Sociales
Matérialités et représentations dans l’intelligence artificielle

Cette journée d’étude vise à réunir des travaux saisissant l’objet pluriel de l’« intelligence artificielle » (IA) au prisme des sciences humaines et sociales. Elle accueille des propositions s’intéressant à l’IA comme domaine de recherche (au croisement de différentes disciplines et mondes sociaux), comme dispositif technique (mêlant infrastructure matérielle et systèmes complexes de représentations) ou encore comme idéologie (associée à des croyances et discours porteurs d’effets).

Un résumé de 3000 signes maximum devra être envoyé au plus tard le 20 mai 2022

Argumentaire

À chaque regain d’attention qu’a connu le champ de recherche et de développement de l’Intelligence Artificielle, à chacun de ce qu’on a appelé les « printemps de l’IA » (Cardon, Cointet, Mazières, 2018), des philosophes, des sociologues, des anthropologues se sont mobilisés pour en engager l’étude. Le troisième « printemps », celui que nous connaissons, ne fait pas exception. Parmi les démarches qui nous sont contemporaines, plusieurs approches des rapports entre Intelligence Artificielle et Sciences Humaines et Sociales se distinguent. D’un côté, les sciences humaines et sociales sont mises à contribution dans les processus de production de dispositifs industriels d’intelligence artificielle (présupposés épistémiques, bases de données, outils de collecte etc.). D’un autre côté, les techniques d’IA sont mises à contribution pour la recherche en sciences humaines et sociales (modélisation, traitement des données de recherche, relevé de patterns etc.). Dans ces deux approches, l’intelligence artificielle est étudiée selon des critères d’opérationalité. C’est le fonctionnement de l’ensemble algorithme/données qui permet de valider ou d’infirmer une hypothèse. Ce faisant, elles écartent la question du sens social de ces techniques, cependant qu’elles constituent un choix technique qui, comme tel, mériterait d’être « conditionné par l’analyse des rapports sociaux intégrés dans l’organisation technique » (Geslin, 1999)Cette analyse des rapports sociaux qu’incarne l’intelligence artificielle peut être ouverte par l’observation de deux actes intellectuels.

Le premier, identifié par Harry Collins, pose que « l’expérience de l’intelligence artificielle n’est (…) pas seulement un problème d’ingénierie ou de psychologie, mais un test empirique des théories profondes de la philosophie des sciences sociales. ». Collins saisit l’IA selon deux traits fondamentaux : elle a trait à une théorie du social, elle se rapporte à une vision de ce que sont les humains et de ce qu’est une société ; et elle est appliquée, elle possède une force performative qui concours à la validation de son hypothèse fondamentale, l’identification du réel au calculable (Collins, 1992). Le second acte intellectuel consiste dans ce que Antoine Garapon et Jean Lassègue ont désigné comme « un conflit de légalité arbitré en faveur du calcul et au détriment du symbolique » (Garapon, Lassègue, 2020). Cet arbitrage repose sur l’acte de dissociation opéré entre les signes (marques graphiques inscrites dans des opérations de calcul) et le sens (pratique de symbolisation collective). Un acte de désymbolisation au fondement de l’informatique, et que l’on voit se poursuivre dans l’hypothèse de l’intelligence artificielle. En cela, l’intelligence artificielle s’oppose radicalement à une idée fondamentale pour l’étude des techniques en sciences humaines et sociales, qui veut que toute technique concrétise un rapport particulier entre une dimension d’opération et une dimension de représentation – dimensions fonctionnelle et fictionnelle selon les mots de Pierre Musso (Musso, 2021). Les systèmes techniques s’inscrivent dans le monde social, en parvenant à donner du sens au-delà de leurs fonctions, en participant d’un imaginaire social, d’une représentation que la société se donne d’elle-même.

Un défi se pose donc à qui entend mettre au jour le sens social des techniques d’IA : comment étudier et comprendre la part symbolique d’une technique fondée sur la désymbolisation ?

Nous proposons d’aborder l’intelligence artificielle de façon extensive, selon trois dimensions interdépendantes : une technique intégrée dans un système, une théorie scientifique, et un imaginaire social. Les relations qui lient ces trois facettes ne vont pas de soi : le chemin qui conduit d’une hypothèse de recherche à un produit, celui qui attache à un procédé technique une narration mythique, demandent à être élucidés. Pour ce faire, il faut disposer de méthodologies susceptibles de mettre au jour les liens qui unissent une réalité sociale et une réalité technique, de les penser ensemble. La notion d’imaginaire social (Castoriadis, 1975 ; Ricoeur, 1984), comme celle de « configuration » proposée par Lucy Suchman (Suchman, 2012 ; Velkovska, 2021) permet d’appréhender ce caractère composite de l’intelligence artificielle. Elle pose l’interdépendance des pratiques – qui composent : la réalité technique de l’IA comme dispositif de catégorisation automatique de données, sa réalité économique de produit vendu et acheté, sa réalité matérielle d’artefact digital développé et utilisé, sa réalité sémiotique et politique de médiation algorithmique etc. – et des représentations – qui composent : la réalité discursive de l’intelligence artificielle comme récit, comme articulation de valeurs et de représentations, mise en œuvre pour des visées commerciales, scientifiques ou mythiques. Il s’agit de comprendre ces deux facettes comme n’étant ni opposées ni même fondamentalement distinctes, et d’englober dans l’analyse les points limites et pourtant cruciaux que sont, par exemple, les pratiques de production des représentations (vulgarisation scientifique, communication commerciale, littérature grise des prédictions technologiques etc.). Plusieurs approches œuvrent aujourd’hui à l’élucidation de l’une ou l’autre de ces facettes : de l’étude des pratiques d’extraction (Crawford, 2021), à l’usage des algorithmes dans la vie publique (Christin, 2020) et politique (Chavalarias, 2022), des contextes de travail qui préparent l’adoption de l’IA (Casili, 2019), aux travaux de laboratoire œuvrant à la constitution des algorithmes (Jaton, 2021), et aux contextes historiques du développement des neurosciences cognitives (Carr, 2020). L’étude des réalités socio-techniques par ce double prisme des aspects imaginaires et matériels, hérite également d’un corpus vaste de méthodologies allant de la Technologie Culturelle (Bensa, Cresswell, 1996) poussée par Leroi-Gourhan ; à la Technologie Science Humaine (Haudricourt, 1964) qui pose l’étude des techniques comme une branche des sciences humaines ; en passant par l’école française d’ergologie (Schwartz, 2012) qui ambitionnait de saisir les systèmes techniques dans leurs relations à l’entièreté de la vie de leurs utilisateurs. Le développement des techniques numériques invite à interpréter à nouveaux frais cet héritage méthodologique (Moricot, 2020) et à en éprouver la solidité face aux bouleversements technologiques que notre société connait.

Nous nous arrêtons ici particulièrement la socio-anthropologie des techniques mais le caractère pluriel de l’IA en fait à nos yeux un dispositif (Barbot, Dodier, 2016), un objet composé qui appelle au service de son analyse une variété de disciplines outillées pour l’étude des faits sociaux : histoire, sociologie, économie, anthropologie, psychologie, épistémologie. Il faut cependant noter qu’en tant que théorie, l’IA est déjà présente au sein d’un certain nombre de ces disciplines. Des pans entiers de la philosophie, de la psychologie et de la sociologie explorent la pertinence de l’IA comme hypothèse pour la compréhension de ce que sont la pensée, les émotions et les interaction humaines (Ehrenberg, 2018). Ainsi, l’objet socio-technique qu’est l’intelligence artificielle engage les sciences humaines et sociales dans la voie d’une analyse où ces dernières ne sont pas neutres et doivent mettre au jour la façon dont cet objet les questionne, ou les transforme.

En gardant ces considérations à l’esprit, nous proposons, à l’occasion de cette journée d’étude, d’aborder l’Intelligence Artificielle au prisme des Sciences Humaines et Sociales selon trois axes  interdépendants, que nous distinguons par pur souci pratique, permettant d’explorer autant des facettes qui composent cet objet :

Axes thématiques

L’IA comme domaine de recherche

Quelles sont les pratiques, les représentations et les agencements sociaux qui concourent à l’émergence de l’IA comme hypothèse de recherche au sein de l’informatique, de la science des données et des neurosciences cognitives ? L’IA a connu des variations dans sa définition depuis le regain d’intérêt qu’a marqué le tournant vers les modèles statistiques. Est-elle une discipline, une théorie, un outil ou un objet de recherche, et comment s’articulent ces divers aspects entre eux ? Issue d’une discipline elle-même composite, l’informatique, elle croise des disciplines plus proches des sciences humaines : la didactique, la psychologie, et appliquées : les sciences de l’ingénieur, les neurosciences. Elle questionne le rapport entre production de savoir et opération d’une action. Comment les univers sociaux de ces différentes disciplines et pratiques se rencontrent-ils et s’agencent-ils ? Des approches par l’histoire et la sociologie des sciences et des techniques, par l’histoire des idées, par l’étude des laboratoires, et l’épistémologie entre autres, permettront de questionner les rapports tout sauf évidents de l’IA à la science.

L’IA comme dispositif technique

Quelles sont les pratiques, les représentations et les agencements sociaux qui produisent l’IA comme artefact, dispositif de production, ou produit industriel ? L’intelligence artificielle comme technique numérique présente plusieurs défis. La grande pluralité des dispositifs techniques dans lesquels on la retrouve, de l’outillage industriel à l’appareil ménager en passant par la très grande variété des objets digitaux (Hui, 2018), le caractère distribué de ses infrastructures, de la production et de la captation des données à leur agrégation, et de leur stockage à leur usage en ligne, ou pour finir, la dimension peu visible des dispositifs d’IA fondus dans des interfaces numériques qui complique l’étude des métiers, comme des usages. Des approches par la philosophie des techniques, l’épistémologie et la socio-anthropologie des techniques, la sociologie des professions et des techniques entre autres, permettraient de dépasser l’opacité annoncée des objets numériques, et de produire un savoir commun sur leur matérialité et le travail nécessaire à leur conception.

L’IA comme idéologie

Le développement de l’IA, produit industriel ou objet de recherche, est intrinsèquement lié au développement d’un discours aux contours flous, faisant appel à la fois à la science et au mythe (Habermas, 1990). Ces derniers constituent un contexte imaginaire, social, politique et économique qui dépasse la simple hypothèse scientifique et concourt à la diffusion d’une représentation de l’humanité. De la même façon que l’IA repose techniquement sur une conjonction entre la microinformatique embarquée productrice de données massives, et la puissance de processeurs autorisant le calcul de ces données, elle repose également sur les discours qui permettent la mise en place des conditions financières et légales de son développement, en travaillant à son « acceptabilité sociale ». Ces fonctions d’intégration au monde social et de légitimation d’un discours sur ce que sont les humains que porte l’intelligence artificielle, nous met sur la piste d’une compréhension de l’IA comme idéologie. Lewis Mumford comme d’autres après lui, ont bien démontré la façon dont les représentations conditionnent les choix techniques de façon déterminante (Mumford, 1934). C’est donc à des méthodologies qui permettent de saisir cette intrication entre les pratiques techniques et les représentations que nous proposons de faire appel. Quel statut octroyer à ces discours ? Comment comprendre la diversité des niveaux d’énonciation sur lesquels ils se situent ? Quelles sont les pratiques qui concourent à leur élaboration ? Enfin, quel est leur rôle à la fois dans la production des dispositifs techniques et, au-delà ?

Pour explorer ces multiples pans de l’intelligence artificielle, les contributions portant sur des domaines corrélés (IoT, évangélisme technologique, économie du numérique, Données Massives, algorithmes), ou connaissant des enjeux similaires (Blockchain, Internet, robotique etc.) plutôt que sur l’IA à proprement parler seront également les bienvenues. L’étude des logiciels ou de l’économie du numérique par exemple sont d’un grand profit pour l’élucidation des conditions sociales de l’existence de l’intelligence artificielle.

Bibliographie

Barbot J. , Dodier N., «La Force des dispositifs », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2016/2, Editions EHESS

Bensa A., Cresswell R., « A propos de la Technologie Culturelle : entretien avec Robert Cresswell », Genèses. Sciences sociales et histoire, 1996,  24,  pp. 120-136

Cardon D., Cointet J.-P., Mazières A., «La revanche des neurones. L’invention des machines inductives et la controverse de l’intelligence artificielle. », Réseaux, n°211, pp.173-220, 2018

Casili A., En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Seuil, 2019

Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Editions du Seuil, 1975 

Collins H., Experts Artificiels, Machines intelligentes et savoir social, Seuil, Sciences Humaines, trad. Jurdant B., Chouraqui G., 1992

Crawford K., Atlas of AI : Power, Politics and the Planetary Costs of Artificial Intelligence, Yale University Press, 2021

Christin A., Metrics at Work. Journalism and the Contested Meaning of Algorithms, Princeton University Press, 2020

Ehrenberg A., « Figures de l’homme fiable, ou l’esprit social des neurosciences cognitives », Sensibilités, n°5, Anamosa, pp.38-49, 2018

Garapon A., Lassègue J., Le Numérique contre le politique, PUF, 2020

Geslin P., L’apprentissage des mondes, une anthropologie appliquée aux transferts de technologie, Editions de la maison des sciences de l’homme, Editions Octares, 1999

Habermas J., La Technique et la science comme « idéologie », (1968), Gallimard, coll. « Tel », 1990

Haudricourt G.-A., « La technologie, science humaine ? », La Pensée, n°115, pp.28-35, 1964

Hui Y., On the Existence of Digital Objects, University of Minnesota Press, 2016

Jaton F., The Constitution of      Algorithms. Ground-truthing, Programming, Formulating, MIT Press, 2020

Kirtchik O., « STS et intelligence artificielle, une rencontre manquée ? », Zilsel, n°5, Editions du Croquant, 2019

Lassègue J., Longo G., « Actualité de Turing : entre captation d’héritage et ressource pour l’avenir », Intellectica, n°72, 2020

Moricot C., Agir à distance, Enquête sur la délocalisation du geste technique, Classiques Garnier, Histoire des techniques, 2020

Mumford L., Technique et civilisation, 1934, traduction A. Picon, Parenthèses, 2016

Musso P., « Technique et Politique : Diabolique et Symbolique », in Ethique, politique, philosophie des techniques, dir. Menissier T., Pistes. Revue de philosophie contemporaine, Vrin, septembre 2021, p.3

Relieu M., Velkovska J., « Pour une conception « située » de l’intelligence artificielle. Des interactions hybrides aux configurations socio-techniques », Réseaux, La Découverte, 2021/5, n°229, pp.215-229

Ricoeur P., « L’idéologie et l’utopie : deux expressions de l’imaginaire social », Autres Temps, 1984, 2, pp.53-64

Schwartz Y., « Les deux paradoxes d’Alain Wisner, anthropotechnologie et ergologie », Ergologia, n°8, pp.131-181, 2012

Simondon G., Imagination et invention (1965-1966), Editions de la transparence, Philosophie, 2008

Modalités de soumission

Les propositions concerneront des interventions de 20 à 30 minutes suivies de discussions avec la salle. Un résumé de 3000 signes maximum devra être envoyé au plus tard le 20 mai 2022, il sera étudié par le conseil scientifique dont les avis seront rendus début juillet 2022.

Le texte complet des interventions devra être envoyé en amont de la tenue de la journée d’étude, qui se tiendra le 13 octobre 2022 à l’EHESS.

Adresses d’envoi des résumés : lucie[dot]conjard[at]ehess[dot]fr ; camille[dot]girard-chanudet[at]ehess[dot]fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search